Italie: la droite propose de nouveau un accord à la gauche pour gouverner

26/03/13 à 19:36 - Mise à jour à 19:36

Source: Le Vif

(Belga) La droite de Silvio Berlusconi a une nouvelle fois proposé au chef de la gauche italienne Pier Luigi Bersani un accord pour gouverner ensemble le pays, alors que les législatives de février n'ont pas permis de dégager une majorité parlementaire claire.

"La solution la plus utilisée en Europe est celle de la co-responsabilité des principales forces politiques", a déclaré à la presse Angelino Alfano, secrétaire général du Peuple de la liberté (PDL), le parti de Silvio Berlusconi, après une heure de consultations avec M. Bersani. "La seule chose à laquelle nous tenons est un gouvernement solide et fort qui puisse affronter la crise qui frappe le pays", a-t-il ajouté. La coalition de gauche de M. Bersani, devenue la première force politique du pays, dispose de la majorité absolue à la Chambre des députés, mais pas au Sénat, où elle cherche, en vain jusqu'ici, un accord avec le Mouvement Cinq Etoiles (M5S) qui a cristallisé le vote contestataire. Le PDL de M. Berlusconi, arrivé deuxième au scrutin des 24 et 25 février, devant le M5S, propose depuis des semaines une coalition à M. Bersani mais ce dernier refuse un accord de ce genre. "Nous n'avons posé aucune condition mais nous considérons incompréhensible cette attitude fermée de la part de quelqu'un qui a gagné avec une marge de 0,3%. Si cette attitude persiste, nous ne donnerons pas notre soutien à la formation d'un gouvernement Bersani", a ajouté M. Alfano. Lundi, M. Berlusconi a fait une proposition très précise pour soutenir la formation d'un gouvernement de gauche: "Bersani président du Conseil et Alfano vice-président", mais le chef de la gauche l'a aussitôt rejetée. Chargé de négocier à la place de Berlusconi qui n'a pas participé à ces consultations, M. Alfano a indiqué mardi qu'il comptait sur "un geste de responsabilité et de sagesse" de la part de M. Bersani, estimant que dans le cas contraire "la seule issue est celle du retour aux urnes". M. Bersani, qui négocie depuis samedi avec les diverses forces politiques du pays, doit rencontrer mercredi une délégation du M5S pour sonder ses intentions, même si le mouvement a déjà dit et redit qu'il n'avait pas l'intention de soutenir un quelconque gouvernement. Il poursuivra toute la journée ses consultations et devrait se rendre jeudi chez le président de la République Giorgio Napolitano pour lui dire s'il pense pouvoir obtenir la majorité au Sénat lors d'un vote de confiance ou non. La décision finale est entre les mains de M. Napolitano qui peut décider de donner sa chance à M. Bersani ou de nommer une autre personnalité qui tenterait de former un gouvernement, éventuellement un personnage au-dessus des partis. (DGO)

Nos partenaires