Italie: Grillo dit qu'il quittera la politique en cas d'accord avec la gauche

10/03/13 à 22:44 - Mise à jour à 22:44

Source: Le Vif

(Belga) Beppe Grillo, le leader du Mouvement cinq étoiles (M5S) qui a cristallisé le vote contestataire aux législatives en Italie, a déclaré dimanche soir qu'il quitterait la politique si ses élus votaient la confiance à un gouvernement de gauche.

"S'il devait y avoir un vote de confiance de la part des groupes parlementaires du M5S à ceux qui ont détruit l'Italie, je me retirerai, avec sérénité, de la politique", a-t-il dit sur son compte Twitter. Beppe Grillo visait clairement la coalition de gauche guidée par Pier Luigi Bersani, arrivée première aux législatives, mais qui ne dispose pas de la majorité absolue dans les deux chambres. M. Bersani comptait sur les voix des sénateurs du M5S au moins pour obtenir le premier vote de confiance qui permettrait à son gouvernement d'entrer en fonction. Il aurait tenté ensuite au cas par cas d'obtenir le soutien des élus du M5S en proposant des projets de loi proches de leurs objectifs politiques. Beppe Grillo, un ex-comédien que ses adversaires accusent de populisme, a également rejeté la possibilité d'un référendum des membres du M5S sur un possible accord avec la gauche. Nombre de ses partisans semblent être d'accord avec cette ligne et lors d'une réunion à Rome des élus de son mouvement "personne n'a demandé un référendum" sur un éventuel accord avec la gauche, a indiqué Roberta Lombardi, chef des députés du mouvement. Le référendum via Internet est un des principaux instruments de consultation du M5S et de ses sympathisants. "Il n'y a pas et il n'y a jamais eu une marge quelconque pour un accord avec un parti, nous ne serons jamais la béquille de qui que ce soit", a ajouté Mme Lombardi. Son collègue au Sénat, Vito Crimi, a pour sa part indiqué que lors des consulations avec le chef de l'Etat Giorgio Napolitano qui débuteront dans une dizaine de jours sur la formation du nouvel exécutif, le M5S revendiquera le poste de chef du gouvernement. Le mouvement de Beppe Grillo est arrivé en troisième position du point de vue du nombre d'élus, derrière la coalition de M. Bersani et celle de droite guidée par Silvio Berlusconi. (BAJ)

Nos partenaires