Israël - La justice accorde un nouveau répit à une colonie sauvage

01/01/13 à 20:46 - Mise à jour à 20:46

Source: Le Vif

(Belga) La Cour suprême israélienne a accordé un nouveau délai de quatre mois aux cinquante familles vivant dans la colonie sauvage d'Amona, dans le nord de la Cisjordanie, qui auraient dû partir avant fin 2012, selon une décision de la cour rendue publique mardi.

La décision de la Cour, qui a été prise dimanche, repousse à fin avril la date limite pour le départ des habitants de cette colonie bâtie sans accord du gouvernement israélien sur des terres palestiniennes. Elle a été communiquée dimanche mais le texte ne précise pas les motivations de la décision. Selon l'organisation israélienne "La Paix maintenant", le premier ordre de démolition pour cette colonie date d'octobre 2004. La justice israélienne exige régulièrement la démolition des colonies construites sans accord du gouvernement. En général, il ne s'agit que de quelques préfabriqués. La communauté internationale considère pour sa part toutes les colonies de Cisjordanie et Jérusalem-Est comme illégales. Le gouvernement de Benjamin Netanyahu (droite), qui cherche à accroître son soutien parmi les colons lors des élections législatives du 22 janvier, prévoit de légaliser de manière rétroactive plusieurs colonies sauvages. La question de la colonisation a provoqué la suspension des négociations israélo-palestiniennes en septembre 2010: le président palestinien Mahmoud Abbas refuse de les reprendre sans un nouveau gel des constructions, tandis que M. Netanyahu rejette toute condition préalable. (KAV)

Nos partenaires