Israël évacue les Palestiniens installés sur le site d'un projet de colonie

13/01/13 à 04:20 - Mise à jour à 04:20

Source: Le Vif

(Belga) Des centaines de policiers israéliens ont évacué tôt dimanche matin un campement de militants palestiniens installés depuis deux jours sur le site d'un projet de colonisation juive controversé en Cisjordanie occupée, selon des témoins et l'AFP.

"Les forces israéliennes sont entrées dans le camp", dressé vendredi matin sur le site du projet E1, entre la Cisjordanie et Jérusalem-Est occupées, a confirmé à l'AFP une des organisatrices de cette manifestation, Abir Copty. Environ 500 policiers et gardes-frontière, accompagnés de bulldozers, ont participé à l'opération qui a débuté vers 02H30 (01H30 en Belgique), a précisé la police. Selon Moustafa Barghouti, membre du Conseil législatif palestinien, présent sur place, "des centaines de policiers israéliens sont arrivés de toutes les directions, encerclant tous ceux qui étaient dans les tentes, et les arrêtant un par un". Le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld, a toutefois affirmé que les protestataires palestiniens avait été "escortés" hors du site mais pas mis aux arrêts. L'évacuation n'a fait aucun blessé, a dit M. Rosenfeld à l'AFP. Plus de 200 Palestiniens assiégés refusaient d'obtempérer à un ordre israélien de quitter leur campement en dépit des menaces d'expulsion. Samedi soir, à la fin du repos hebdomadaire juif, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en pleine campagne électorale, avait ordonné aux forces de sécurité d'expulser immédiatement les Palestiniens qui sont rassemblés entre (la colonie de) Maalé Adoumim et Jérusalem". M. Netanyahu avait requis la fermeture de toutes les routes d'accès au site du campement composé d'une vingtaine de tentes et installé dans la zone ultra-sensible E1, où le gouvernement israélien a récemment relancé un important projet de colonie. La région avait été décrétée "zone militaire interdite". Les activistes palestiniens avaient dressé ce camp de tentes, baptisé "Bab al-Chams" (La porte du soleil), dans le cadre d'une stratégie "créative" de résistance non violente aux implantations et à l'occupation israéliennes. Il se voulait une réplique palestinienne des colonies sauvages israéliennes. (VKB)

Nos partenaires