Irlande: le Premier ministre dit être harcelé par les militants anti-IVG

13/06/13 à 15:20 - Mise à jour à 15:20

Source: Le Vif

(Belga) Le gouvernement irlandais a présenté jeudi un projet de loi autorisant l'avortement dans le cas où la vie de la mère est en danger, qui vaut au Premier ministre Enda Kenny d'être ciblé par les anti-IVG, très virulents dans ce pays à forte tradition catholique.

Irlande: le Premier ministre dit être harcelé par les militants anti-IVG

Le dépôt de ce texte intervient en même temps que la publication d'un rapport présenté par les autorités irlandaises de la Santé sur le décès controversé de Savita Halappanavar, une femme morte en octobre dernier après s'être vu refuser un avortement alors qu'elle faisait une fausse couche. Le scandale avait conduit le gouvernement d'Enda Kenny à annoncer qu'il allait légiférer sur ce sujet. "C'est une question sensible", a commenté mercredi le Premier ministre devant le Parlement à Dublin. "Je suis maintenant étiqueté par des gens dans ce pays comme un meurtrier qui va avoir sur sa conscience la mort de 20 millions de bébés. Je reçois des médailles, des scapulaires, des foetus en plastique, des lettres écrites avec du sang, des coups de téléphone de partout", a-t-il ajouté. Le texte, qui doit être débattu au Parlement, maintient l'interdiction de principe d'une interruption de grossesse mais prévoit une exception quand la grossesse représente "un risque réel et substantiel pour la vie de la femme". Cette exception avait été édictée par une décision de la Cour suprême datant de 1992 mais n'avait jamais fait l'objet d'une loi. Devant les députés, Enda Kenny s'est décrit comme "un Premier ministre qui se trouve être catholique, pas un Premier ministre catholique". "Je suis le Premier ministre de tout le monde", a-t-il insisté. (Belga)

Nos partenaires