Iran: 80 exécutions en 2014, un "pic" inquiétant selon l'ONU

21/02/14 à 14:04 - Mise à jour à 14:04

Source: Le Vif

(Belga) Au moins 80 personnes ont été exécutées par les autorités iraniennes depuis le début de l'année, selon des chiffres publiés vendredi par l'ONU qui se dit profondémment préoccupée par ce "pic".

"Nous sommes profondément préoccupés par le pic signalé d'exécutions en Iran depuis le début de cette année. En seulement plus de sept semaines, au moins 80 personnes ont été exécutées. Certaines sources fiables indiquent que le chiffre réel pourrait être de 95", a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, Ravina Shamdasani. La majorité de ces exécutions sont liées à des infractions relatives à la drogue, selon l'ONU. Or la peine de mort pour ces cas ne correspond pas au standard de "crime grave" tel que défini par le droit international, a expliqué Mme Shamdasani. En outre, a-t-elle déploré, un certain nombre de personnes ont été exécutées en secret. "Nous sommes particulièrement préoccupés par l'exécution (...) en secret de deux membres de la communauté arabe d'Ahwaz", a-t-elle relevé. "Les deux hommes auraient été condamnés à mort pour apostat, corruption sur terre et pour avoir agi contre la sécurité nationale". Selon l'ONU, leurs exécutions auraient eu lieu en janvier à l'issue de procédures non conformes aux principes "d'équité du procès" et de "procès en bonne et due forme" qui sont définis dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Ils auraient ainsi été privés d'accès à un avocat et à leurs familles durant les neuf premiers mois de leur détention et auraient été soumis à la torture pour extorquer des aveux, a indiqué Mme Shamdasani. Selon l'ONU, la recrudescence de l'application de la peine de mort en Iran est palpable depuis le second semestre 2013, malgré les "signes encourageants" nés de la libération ces derniers mois de plusieurs prisonniers d'opinion, en particulier l'avocate des droits de l'Homme Nasrin Sotoudeh. Au moins 500 personnes (dont 28 femmes) ont été exécutées l'an dernier et 57 d'entre elles se sont vues appliquées la peine capitale en public, selon l'ONU. (Belga)

Nos partenaires