Irak: le conflit confessionnel provoqué de l'extérieur, affirme Maliki

27/04/13 à 12:58 - Mise à jour à 12:58

Source: Le Vif

(Belga) Les récentes violences confessionnelles en Irak ont été provoquées de l'extérieur, a affirmé samedi le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, faisant visiblement allusion à la Syrie alors que les violences faisant craindre un nouveau conflit confessionnel ont fait plus de 200 morts depuis mardi.

Irak: le conflit confessionnel provoqué de l'extérieur, affirme Maliki

Le conflit confessionnel "est revenu en Irak, car il a commencé ailleurs dans la région", a dit le Premier ministre dans des propos diffusés à la télévision. Le conflit sanglant en Syrie opposant les rebelles, en majorité sunnites, aux troupes du régime de Bachar al-Assad, membre de la minorité alaouite (issue du chiisme) a fait plus de 70.000 morts depuis mars 2011, selon l'ONU. L'Irak, où les chiites sont majoritaires (environ 60%), est formé de multiples ethnies et religions et a déjà payé un lourd tribut lors d'affrontements confessionnels en 2006 et 2007, après l'invasion en 2003 du pays par les troupes américaines qui s'en sont retirées fin 2011. "Le confessionnalisme est un mal, et le confessionnalisme n'a pas besoin d'autorisation pour passer d'un pays à un autre (...) il est revenu en Irak car il a éclaté ailleurs dans la région", a souligné M. Maliki. "Le conflit emportera tout le monde et personne n'y survivra", a prévenu le Premier ministre, à l'occasion de l'ouverture à Bagdad d'une conférence islamique sur le dialogue. Le Premier ministre chiite a prévenu que "le confessionnalisme peut rapidement provoquer la division et le déchirement de l'Irak, des pays arabes et des autres pays musulmans". (Belga)

Nos partenaires