Yémen : un attentat d'Al-Qaïda fait 20 morts et 20 blessés

05/08/12 à 13:49 - Mise à jour à 13:49

Source: Le Vif

Au moins 20 personnes ont été tuées et 20 blessées dans un attentat suicide perpétré samedi à Jaar, une ville de la province d'Abyane, dans le sud du Yémen, selon un nouveau bilan annoncé par le gouverneur de la province.

Yémen : un attentat d'Al-Qaïda fait 20 morts et 20 blessés

© REUTERS

"Vingt personnes ont été tuées et 20 autres blessées" dans l'attentat suicide, a déclaré le gouverneur, Jamal al-Aqal, sur le site du ministère de la défense 26sep.net, en citant "des informations préliminaires". Une enquête a été ouverte pour s'assurer du nombre exact des victimes et de l'identité de l'auteur de cet "attentat criminel et lâche", a-t-il ajouté. Un précédent bilan obtenu auprès de témoins faisait état de huit tués.

"Un kamikaze s'est fait exploser lors d'une cérémonie de deuil organisée à la mémoire d'un parent d'un chef des comités populaires", des supplétifs de l'armée, a précisé à l'AFP un témoin.

"Les corps des victimes ont été projetés dans tous les sens en raison de l'intensité de l'explosion", a indiqué un autre témoin, qui a participé aux premiers secours sur place.

Parmi les personnes tuées, figurent deux frères du chef des supplétifs dans la province d'Abyane, Abellatif al-Sayed, a indiqué un responsable local, Cheikh Nasser Abdallah al-Mounsari, cité par le site 26sep.net.

"Le kamikaze appartient au réseau Al-Qaïda", qui, chassé de Jaar en juin, "tente de se venger des comités populaires, qui ont épaulé l'armée pour la reprise de cette ville", a indiqué à l'AFP un habitant présent sur le lieu de l'attentat.

L'armée avait annoncé à la mi-juin avoir repris le contrôle des villes de Jaar et de Zinijbar, chef-lieu de la province d'Abyane, tenues pendant un an par des combattants des "Partisans de la Charia", nom sous lequel opère le réseau dans le sud du Yémen.

Le réseau extrémiste avait profité de l'affaiblissement du pouvoir central, à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh en 2011, pour renforcer son emprise dans l'est et le sud du Yémen.

Levif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires