Yémen : le blocus "tue autant" les civils que la guerre

30/07/15 à 16:01 - Mise à jour à 16:00

Le blocus imposé par la coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite au Yémen "tue" des civils autant que la guerre qui y fait rage, a déploré jeudi le chef de Médecins sans frontières (MSF), en visite dans le pays.

Yémen : le blocus "tue autant" les civils que la guerre

© Reuters

En empêchant l'arrivée de l'aide humanitaire aux populations affectées par la guerre au Yémen, le blocus "tue autant que le conflit" armé, a déclaré Joanne Liu, interrogée par l'AFP au téléphone à Sanaa.

Elle tire ainsi la sonnette d'alarme sur la situation humanitaire au Yémen, jugée "catastrophique" par des ONG, plus de quatre mois après le lancement le 26 mars par une coalition arabe d'une campagne de raids aériens contre les rebelles chiites Houthis soutenus par l'Iran.

Depuis une offensive lancée en juillet 2014 à partir de leur fief de Saada (nord), les rebelles se sont emparés de larges pans de territoire dont la capitale Sanaa.

Après quatre mois d'intenses combats, l'ONU avait demandé que l'Arabie saoudite allège le blocus naval qu'elle impose aux ports yéménites afin de laisser davantage de navires commerciaux ravitailler le pays.

Le Yémen dépend à 90% des importations pour son carburant et sa nourriture et à 100% pour ses les médicaments et les produits pharmaceutiques.

La semaine dernière, un premier bateau humanitaire affrété par l'ONU avait pu accoster au port d'Aden, la grande ville du sud, suivi de cargaisons d'aide dépêchées par des pays de la coalition, dont l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Mais Mme Joanne Liu, qui a visité des régions du nord sous contrôle des rebelles et la région de Taëz dans le sud, théâtre de combats, a estimé qu'il faudrait faire plus pour venir en aide à la population.

"Nous devons mettre en place des moyens pour faire parvenir les approvisionnements d'une manière sûre, et pour que les gens puissent obtenir des médicaments et ne pas mourir", a déclaré Mme Liu, présidente internationale de MSF, basée en Suisse.

"Nous voyons des patients mourir car ils n'ont pas reçu leur traitement" pour des maladies ordinaires, s'est-elle alarmée.

Une trêve de cinq jours, initiée cette semaine par la coalition, s'est rapidement effondrée avec la reprise mardi des raids de la coalition et des combats entre les rebelles et les forces fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié en Arabie saoudite.

Elle "s'inquiète" pour les souffrances de la population, citant le cas d'une mère qui a marché pendant six heures pour arriver à un centre hospitalier avec son enfant souffrant de malnutrition, qui est décédé quelques heures plus tard.

"C'est ce genre de situation auquel nous assistons fréquemment", a-t-elle regretté.

Mme Liu a souligné les conditions de travail difficiles pour ses employés (60 expatriés et 500 locaux) qui, dans certains cas, sont obligés de se terrer dans le sous-sol d'un immeuble "un jour sur deux" en raison des raids aériens. Il y a aussi le danger des snipers, selon elle.

Elle a accusé les rebelles et les forces pro-Hadi de viser de plus en plus les zones résidentielles. Les civils représentent la moitié des quelque 4.000 personnes en quatre mois de guerre.

La responsable de MSF a ajouté néanmoins qu'elle comprenait la nécessité pour la coalition d'appliquer un blocus sur le Yémen où les rebelles font l'objet d'un embargo sur les armes décidé par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Avec l'Afp

En savoir plus sur:

Nos partenaires