Voitures de police brûlées et jets de pavés, l'inauguration de la BCE enflamme Francfort

18/03/15 à 11:12 - Mise à jour à 11:50

Source: Belga

Des voitures de police ont été brûlées et des heurts entre police et manifestants ont eu lieu mercredi matin à Francfort, où des manifestants antiaustérité protestent contre la BCE qui inaugure son nouveau siège, a constaté une journaliste de l'AFP.

Voitures de police brûlées et jets de pavés, l'inauguration de la BCE enflamme Francfort

Voitures de police brûlées pour l'inauguration du nouveau siège de la BCE, à Francfort. © Reuters

Quelque 350 personnes avaient déjà été interpellées en milieu de matinée, a indiqué sur Twitter la police de Francfort qui a mobilisé plusieurs milliers d'hommes. Huit policiers ont été blessés par des jets de pierres et 80 ont été aspergés de gaz irritants, a indiqué une porte-parole de la police, sans plus de précision.

Devant un commissariat du centre de Francfort, quatre voitures de police ont été incendiées, a constaté la journaliste, alors que les hélicoptères survolaient la ville. Sept voitures de police ont été incendiées et sept autres caillassées, selon un bilan de la police. Quatre voitures individuelles avaient aussi été incendiées pendant la nuit.

Une mairie de quartier a été la cible de jets de pavés, plusieurs vitres du rez-de-chaussée sont criblées d'impacts, a constaté l'AFP. Des bousculades entre forces de l'ordre et manifestants avaient également lieu dans un parc du centre-ville, alors que des véhicules à eau avaient pris position sur la principale artère commerçante de la ville, dont certains magasins devraient rester fermés. "Ce n'est pas comme cela que nous, à Blockupy, avions prévu la journée. Mais à l'évidence, le scénario de guerre civile, monté par la police, a été pris par beaucoup de personnes comme une provocation", a déclaré à l'agence dpa Hendrik Wester un porte-parole de Blockupy.

Le reste de la ville, et notamment l'ancien bâtiment de la BCE avec son emblématique statue de l'Euro, était relativement calme, a constaté un journaliste de l'AFP.

En savoir plus sur:

Nos partenaires