Vignobles de France: Bordeaux, l'aristocratie du bouchon

31/07/16 à 15:00 - Mise à jour à 15:26

Source: Le Vif/l'express

Tout au long de son histoire, le vignoble bordelais a vu se constituer des dynasties, souvent venues de toute l'Europe, qui ont assuré son rayonnement. Plus appréciés des Anglais que des Français, jusqu'au XIXe siècle, ses vins, notamment les crus classés, suscitent aujourd'hui bien des convoitises. Les successeurs des Chartrons voient grand.

Poète gallo-romain (310-395), Ausone, natif d'Aquitaine, clamait qu'il était " plus fier de son vignoble que de son oeuvre littéraire ", ce qui soulignait la présence de vignes autour de Burdigala (Bordeaux) dès l'Antiquité. Plus précisément sur la rive droite de la Garonne. Malgré les innombrables invasions et autres razzias, la viticulture bordelaise survit et commerce gentiment avec les lointains Irlandais, jusqu'à l'an 1000. Mais tout commence vraiment au XIIe siècle : " Les Anglais vendangent alors l'Aquitaine ", selon l'expression de l'écrivain Jean-Marc Soyez. Répudiée par Louis VII, le dévot roi de France, Aliénor d'Aquitaine convole en justes noces avec Henri II Plantagenêt, vite couronné roi d'Angleterre, en 1154. Albion, que l'on ne sait pas encore perfide, hérite d'une région riche et très convoitée : le Grand Sud-Ouest de la France, déjà réputé pour ses vins.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires