Verhofstadt appelle l'Europe à revenir à ses fondements, pour lutter contre les populismes et nationalismes

13/10/15 à 06:56 - Mise à jour à 07:02

Source: Belga

Guy Verhofstadt a présenté lundi à Bozar son nouveau livre intitulé La maladie de l'Europe (et la redécouverte de l'idéal) (De ziekte van Europa (en de herontdekking van het ideaal) en titre original). Dans ce nouvel ouvrage, l'ancien Premier ministre explique comment l'Union européenne sous sa forme actuelle constitue, selon lui, un échec.

Verhofstadt appelle l'Europe à revenir à ses fondements, pour lutter contre les populismes et nationalismes

© Belga Image

Pour résoudre les nombreuses crises que traverse le continent, Guy Verhofstadt appelle l'Europe à revenir à ses fondamentaux tels que dessinés dans la constitution rédigée en 1952-53, qui n'est jamais entrée en vigueur. "It's the economy, stupid! " Dans la première page de son livre, Guy Verhofstadt cite les conseillers de l'ancien président américain Bill Clinton. Le président du groupe ALDE au Parlement européen estime cependant qu'ils avaient tort. "C'est le politique qui est déterminant", explique-t-il. Sans les institutions politiques adéquates, les crises se multiplient et s'amplifient.

Là, réside le principal "échec" de l'Union européenne selon Guy Verhofstadt. Tout le monde ne retient que les concepts historiques de Communauté européenne du charbon et de l'acier, du Traité de Rome et du marché unique alors qu'ils sont très éloignés de ce qu'ambitionnaient les pères fondateurs de l'Europe: une véritable fédération européenne et non pas simplement une alliance d'Etats-nations.

En raison de la multitude de crises qui frappent l'Europe, une partie de la population a aujourd'hui la conviction que "l'Europe ne fonctionne pas". Un slogan que reprennent facilement les populistes et les nationalistes pour lesquels la solution réside dans un retour vers des Etats souverains complètement indépendants les uns des autres. Guy Verhofstadt rejette totalement cette conception, bien qu'il admette que l'Europe ait besoin d'une réforme majeure.

Il n'est pas en faveur de la création d'un super-Etat européen, mais plaide pour un bond en avant dans l'intégration: un gouvernement pour l'euro, une armée européenne, et en fin de compte, des Etats-Unis d'Europe. "C'est un non-sens d'affirmer qu'une fédération européenne est impossible en raison des énormes différences entre les Etats. Les sociétés sont fondamentalement les mêmes", écrit-il.

L'ancien chef de gouvernement voit ainsi une opportunité dans les négociations en cours quant au maintien du Royaume-Uni au sein de l'Union. "Nous pouvons dire: OK, vous recevez vos exceptions, à condition que nous puissions progresser sur d'autres terrains. Nous devons créer une situation win-win."

Quand on lui demande s'il n'a pas l'impression de prêcher dans le désert, Guy Verhofstadt cite l'exemple de l'union bancaire. "Beaucoup de leaders européens disaient que c'était tout-à-fait exclu il y a à peine deux ans. Ils ne prennent des décisions que lorsqu'ils sont dos au mur. La même chose se produit avec la crise des demandeurs d'asile."

Avec son livre, le libéral veut faire contre-poids aux populismes et nationalismes. "Les traductions française et anglaise de cet essai paraîtront en mars. Nous sommes en négociation avec des éditeurs allemands et italiens. Mais en fait, mon livre est également un script: je voudrais qu'un film ou une série TV soit réalisé à partir de celui-ci. Il n'y a que de cette manière que vous pouvez influencer l'opinion publique".

En savoir plus sur:

Nos partenaires