Venezuela : Face à une récidive de son cancer, Chavez envisage un retrait

09/12/12 à 11:13 - Mise à jour à 11:13

Source: Le Vif

Le président vénézuélien Hugo Chavez devait se rendre dimanche à Cuba pour y subir une opération après une nouvelle récidive de son cancer, et a pour la première fois fait allusion à son possible retrait du pouvoir en désignant son vice-président comme éventuel successeur.

Venezuela : Face à une récidive de son cancer, Chavez envisage un retrait

© Reuters

Dans un discours plein d'émotion où il a même brandi et embrassé un crucifix, Hugo Chavez, âgé de 58 ans et au pouvoir depuis 1999, a admis que son cancer l'avait une nouvelle fois rattrapé et reconnu implicitement que, cette fois-ci, il pourrait ne pas revenir au pouvoir.

M. Chavez, réélu haut la main le 7 octobre et qui doit en principe accéder officiellement à son troisième mandat le 10 janvier, a désigné son vice-président Nicolas Maduro non seulement pour assurer l'intérim de la présidence s'il devait être déclaré "inapte" à assumer ses fonctions, mais aussi pour lui succéder s'il lui était impossible de reprendre son poste.

Alors que sa disparition de la scène publique alimentait depuis des semaines les rumeurs sur son état de santé, le dirigeant vénézuélien a annoncé lui-même la nouvelle samedi soir à la radio-télévision.

"A cause de quelques autres symptômes, nous avons décidé avec l'équipe médicale d'avancer les examens (...) et, malheureusement, dans ce bilan exhaustif, est apparue la présence de quelques cellules malignes récentes", a déclaré M. Chavez qui s'était rendu à La Havane pour ces examens.

Il a également reconnu que "les douleurs sont assez importantes", traitées par des calmants.

"Il est absolument indispensable que je subisse une nouvelle intervention chirurgicale et elle doit avoir lieu dans les prochains jours", a-t-il ajouté. Ses médecins avaient même préconisé qu'elle ait lieu dès vendredi, puisqu'il était déjà sur place, mais il a refusé, préférant revenir au Venezuela pour demander au Parlement l'autorisation de quitter le pays pendant plus de cinq jours.

Cela a été chose faite dimanche, les députés ayant donné leur feu vert à l'unanimité, avec les voix de l'opposition qui a cependant demandé "la vérité" sur l'état de santé du chef de l'Etat.

Levif.be, avec Belga

Nos partenaires