USA: 4% des condamnés à mort seraient innocents

29/04/14 à 07:48 - Mise à jour à 07:48

Source: Le Vif

Au moins 4,1% des condamnés à mort aux Etats-Unis sont probablement innocents mais bien d'autres encore ne seront jamais identifiés ni libérés car leur condamnation a été commuée, conclut une étude publiée lundi par l'Académie des sciences américaine.

USA: 4% des condamnés à mort seraient innocents

© Reuters

"Les erreurs judiciaires ont bien plus de chances d'être détectées dans les cas de peines capitales" car les condamnés à mort bénéficient d'une plus grande attention, qu'elle émane "du simple officier de police sur la scène d'un crime au président de la Cour suprême des Etats-Unis", conclut cette recherche parue dans la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences).

Cette étude, la première du genre, a eu recours à une méthode statistique utilisée en médecine pour estimer l'efficacité d'un médicament pour réduire la mortalité. Dans ce cas, elle a ainsi estimé le pourcentage de condamnés à mort dont l'innocence aurait été établie s'ils étaient restés dans le couloir de la mort et avaient ainsi bénéficié des mêmes ressources pour se défendre.

"Même si vous êtes condamné à mort, les chances d'être innocenté sont bien plus élevées si vous êtes encore dans le couloir de la mort", a déclaré à l'AFP le professeur Samuel Ross, l'un des quatre co-auteurs de l'étude. Or, "près des deux tiers" des condamnés à mort voient leur peine commuée après un processus d'appel et "la grande majorité des innocents qui sont condamnés à mort ne sont jamais identifiés ni remis en liberté", a-t-il estimé.

Cette étude "scientifique majeure" est basée sur les 7.482 condamnés à mort entre janvier 1974 et décembre 2004, dont 12,6% ont été exécutés, 1,6% ont été innocentés, 4% sont morts en détention, 46,1% sont toujours dans le couloir de la mort et 35,8% ont vu leurs peines commuées en prison à vie ou en peines moindres.

S'il est avéré que 138 prisonniers, soit 1,6% des condamnés à mort, ont été innocentés et libérés, l'étude conclut, sur la base de ses estimations statistiques, que ce taux doit être en réalité d'"au moins 4,1%" et prévient qu'elle est "probablement en-dessous du compte".

En savoir plus sur:

Nos partenaires