Unwatchable : un film coup-de-poing qui dénonce les abus au Congo

13/12/12 à 13:54 - Mise à jour à 13:54

Source: Le Vif

Réalisé il y a un an, et diffusé depuis peu en Belgique, le film Unwatchable ("irregardable") transpose la violence que subit la population à l'est de la RDC dans le quotidien d'une famille blanche européenne. Le film est destiné à nous ouvrir les yeux sur les violences sexuelles qui ont lieu quotidiennement dans l'est du Congo.

Unwatchable : un film  coup-de-poing qui dénonce les abus au Congo

Tourné dans un paisible petit village de la campagne anglaise, le film réalisé par l'ONG Save the Congo, commence de façon bucolique. On y découvre une famille vivant dans une belle maison à la campagne. Une petite fille en robe blanche joue dans le jardin fleuri. Le calme bientôt est perturbé par l'arrivée bruyante d'un hélicoptère rempli de miliciens. La suite est d'une violence indescriptible, difficilement regardable. On entend des coups de fusil, le père est torturé et finalement tué. La mère est forcée d'assister aux viols répétés et extrêmement brutaux de sa fille adolescente et la petite fille réussit à s'enfuir, mais court tout droit vers les tortionnaires.

En montrant cette extrême violence touchant une famille occidentale de classe moyenne, le film - basé sur l'histoire vraie de la Congolaise Masika - espère réveiller les consciences. Même si les violences sexuelles commises au Congo reviennent régulièrement dans l'actualité, nous choisissons souvent de les ignorer. Mais que ferions-nous si ces crimes avaient lieu dans notre pays?

"Depuis plus d'une décennie, des centaines de milliers de Congolais sont tués et abusés par des milices décidées à s'emparer des mines, explique le réalisateur. Des mines convoitées, car elles contiennent les minéraux qui se trouvent dans nos GSMs, i-phones et autres appareils électroniques. Pour faire fuir les populations qui habitent la région, les miliciens utilisent le viol comme arme de guerre." L'ONG espère que la vidéo fera réfléchir les fabricants d'électronique, ou à défaut, le consommateur.

Céline Bouckaert


En savoir plus sur:

Nos partenaires