Une humoriste française remercie les Belges d'avoir voté contre le Ceta (vidéo)

16/10/16 à 16:24 - Mise à jour à 18/10/16 à 11:02

Source: Le Vif

Dans une vidéo postée sur sa page Facebook, Nicole Ferroni dénonce le manque de transparence lié au vote sur le Ceta en France et remercie la Belgique, seul pays à l'avoir refusé en l'état.

Une humoriste française remercie les Belges d'avoir voté contre le Ceta (vidéo)

© Capture d'écran Facebook

Nicole Ferroni, n'en est pas à son coup d'essai pour critiquer le manque de transparence des institutions européennes ou même des institutions tout court. En avril dernier, une vidéo dans laquelle elle dénonçait le projet de loi européen sur le "Secret d'Affaires" avait déjà été partagée plus de 164.000 fois sur Facebook.

Hier, elle s'est fendue d'une petite vidéo pour donner son avis sur le Ceta et surtout sur la manière dont celui-ci a été voté en France. Avec humour, mais avec aussi beaucoup de pertinence.

Dans ce billet, elle s'adresse à Mathias Fekl, le secrétaire d'État au Commerce de la France. Elle lui demande pourquoi il est favorable au Ceta alors qu'il a refusé le TAFTA (ou TTIP soit le traité de libre-échange avec les États-Unis). En effet, le Canada et les États-Unis étant voisins, les marchandises qui ne pourront pas passer par les États-Unis pourront arriver en Europe via le Canada et les nombreuses filiales des entreprises américaines présentes sur leur territoire, selon elle.

Elle se pose ensuite une autre question : "Comment se fait-il que personne ne vous ait dit que la manière dont s'est fait le débat autour du Ceta en France n'avait justement pas été hyper démocratique ?", ironise-t-elle avant d'expliquer en détail, documents à l'appui, les manquements démocratiques qui ont entouré le vote. "C'est comme si je faisais voter mon augmentation salariale par mes parents", caricature-t-elle.

"Je suis obligée de reporter tous mes espoirs chez les Belges", termine-t-elle, "car pour l'instant c'est le seul pays qui s'oppose au Ceta".

Plusieurs manifestations ont eu lieu samedi en France et dans d'autres pays européens pour dénoncer ce traité, qui doit être signé le 27 octobre.

Le Ceta prévoit la suppression des droits de douane pour presque tous les produits entre l'UE et le Canada, à quelques exceptions près, dont certains produits agricoles, comme les viandes bovines et porcines dans le sens Canada-UE.

Selon ses opposants, il aggraverait la crise que vivent déjà des centaines de milliers de paysans et ouvrirait la possibilité d'importer massivement des produits à présent non autorisés dans le circuit de consommation européen, au détriment de l'environnement.

Les opposants au Ceta ont été encouragés par le veto mis vendredi à la signature de l'accord par le Parlement de Wallonie, dont l'aval est indispensable à la ratification de ce traité négocié pendant sept ans par l'UE.

Nos partenaires