Une grève des pilotes assombrit le ciel d'Air France

13/09/14 à 20:01 - Mise à jour à 20:01

Journée noire en perspective dans le ciel français lundi: en raison d'une grève des pilotes, Air France devrait assurer seulement un vol sur deux et la situation pourrait être "pire encore" mardi et mercredi, prévient le principal syndicat.

Une grève des pilotes assombrit le ciel d'Air France

© reuters

La compagnie assurera "50% des vols environ" lundi, en raison d'un mouvement initié par les pilotes, opposés aux conditions de développement de la compagnie low-cost du groupe, a annoncé samedi son PDG, Frédéric Gagey. Le SNPL (majoritaire) a appelé à une grève reconductible du 15 au 22 septembre. Le Spaf, deuxième syndicat, et Alter (non représentatif) jusqu'au 18.

"Dès que des vols sont annulés, les passagers seront informés. On leur demande si possible de modifier leurs billets pour éviter cette période (...) incertaine", a insisté le président de la compagnie. "Une situation de perturbation comme on va l'avoir lundi et probablement dans les jours d'après, c'est évidemment une gêne pour les passagers", a commenté M. Gagey, qui chiffre à "10 à 15 millions" d'euros par jour le coût de cette grève.

"50% des vols, ça veut dire 70% de grévistes", a estimé auprès de l'AFP le président du SNPL AF Alpa, Jean-Louis Barber. "C'est un chiffre en trompe-l'oeil: on peut imaginer que ce sera pire encore mardi, et, je pense, bloqué mercredi", a-t-il ajouté, expliquant qu'Air France fait appel le premier jour de grève à des pilotes de l'encadrement pour assurer les vols, pilotes qui seront contraints au repos les jours suivants.

Le PDG de la compagnie a néanmoins précisé samedi que les discussions avec les syndicats se poursuivaient. "On fait tout actuellement avec les partenaires sociaux pour essayer de trouver une voie pour sortir de la situation", "on a des rendez-vous au cours du week-end, il faut qu'on avance", a-t-il dit. Mais les syndicats se montraient, eux, très pessimistes quant à la possibilité de trouver une issue au conflit.

Opposés aux conditions de développement de la compagnie low-cost du groupe, Transavia, les trois organisations de pilotes ont engagé depuis plusieurs semaines un bras de fer avec la direction.

Le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, a cette semaine rejeté leur principale revendication: un contrat unique pour les pilotes aux conditions actuelles d'Air France, pour tous les avions de plus de 100/110 places, quelle que soit la compagnie du groupe Air France (Air France, Hop! , Transavia).

Une grève d'une semaine serait le plus dur conflit mené par des pilotes d'Air France depuis 1998.

(Belga)

En savoir plus sur:

Nos partenaires