Bert Bultinck
Bert Bultinck
Rédacteur en chef de Knack
Opinion

15/02/17 à 11:32 - Mise à jour à 11:34

"Une coopération russo-américaine est probablement un rêve chimérique d'Assad"

"Aujourd'hui, la Syrie est en ruines, ou du moins une partie importante du pays, et le président Assad est toujours bien en selle", écrit le rédacteur en chef de Knack Bert Bultinck. Obama aurait-il tout de même dû intervenir en Syrie ?

"Je suis fier de ce que j'ai fait", déclarait Barack Obama l'année dernière lors d'une interview accordée au journaliste de The Atlantic, Jeffrey Goldberg. L'ancien président américain ne parlait pas du redressement économique après la crise, ni de l'assurance maladie ou de l'accord sur le climat conclu à Paris. Non, il parlait de sa décision de ne pas attaquer la Syrie, alors que le président syrien Bachar el-Assad avait franchi la fameuse "ligne rouge" avec ses attaques au gaz sarin, à la Goutha. En 2012, un an avant l'attaque à la Goutha, Obama avait déclaré : " L'utilisation d'armes chimiques est une ligne rouge pour nous. Si elle est franchie, ça change tout." Or, le président américain, de plus en plus critiqué pour sa politique étrangère, n'a rien fait. Selon ces critiques, la guerre en Syrie aurait pu prendre une to...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires