Un garçon de 10 ans meurt, car ni le SAMU, ni les pompiers n'ont voulu l'aider

08/08/14 à 10:30 - Mise à jour à 10:30

Source: Le Vif

Un garçon de 10 ans est mort dimanche à Paris, car aucun service de secours n'a osé venir le secourir par peur du quartier où il vivait.

Un garçon de 10 ans meurt, car ni le SAMU, ni les pompiers n'ont voulu l'aider

© belga

Un garçon de 10 ans est mort brutalement dimanche aux urgences de l'hôpital Delafontaine (Seine-Saint-Denis) dans des circonstances troublantes puisque les médecins lui ont tour à tour diagnostiqué une gastro-entérite, une appendicite puis une malformation cardiaque rare. Une contre-autopsie judiciaire a été ordonnée et le parquet de Bobigny a ouvert ce jeudi une information judiciaire pour homicide involontaire.

Tout commence par de simples maux de ventre. Sa mère l'emmène voir un médecin qui pronostique une gastro-entérite. Malheureusement dans le courant de la nuit, le mal s'intensifie . Voyant que les douleurs deviennent insupportables pour l'enfant, la mère décide d'appeler les pompiers. Mais ceux-ci ont fait savoir qu'il ne s'agit pas d'une urgence.

Personne ne semble vouloir venir. Ni le SAMU, ni les taxis ne souhaitent se déplacer. Un chauffeur de taxi aurait même avoué sans détour que le quartier où réside l'enfant était beaucoup trop dangereux la nuit.

Laissés à leur sort, les parents décident de se rendre à pied à l'hôpital le plus proche. Il est trois heures du matin. Heureusement, sur le chemin, un taxi accepte de les prendre. "Une fois sur place, un radiologue évoque une appendicite. Zacharie doit rentrer au bloc opératoire. Malheureusement, le chirurgien met plus de deux heures à arriver. Il est 8h30, Zacharie est en arrêt cardio-respiratoire. Malgré l'arrivée d'un chirurgien, il est trop tard", précise l'Express.

Le maire d'Epinay-sur-Seine, Hervé Chevreau, précise pourtant, toujours sur le site de l'Express, que le drame n'est pas lié à un problème de sécurité. Les parents ont quant à eux déposé plainte pour "non-assistance à personne en danger."

En savoir plus sur:

Nos partenaires