Un étudiant de l'ULg, qui refusait d'espionner, condamné en Iran

26/02/14 à 07:41 - Mise à jour à 07:41

Source: Le Vif

L'ULg, l'ULB et Amnesty International se mobilisent pour obtenir la révision de la condamnation prononcée à l'encontre d'un étudiant iranien de l'ULg (doctorant à HEC), Hamid Babaei, qui a été condamné à 6 ans de prison à Téhéran le 21 décembre dernier pour "atteinte à la sécurité nationale par communication avec les Etats hostiles", écrit mercredi Le Soir.

Un étudiant de l'ULg, qui refusait d'espionner, condamné en Iran

© Image Globe

Son épouse, Cobra Parsajoo, doctorante en chimie à l'ULB, a été privée de passeport et est aussi menacée d'être arrêtée. Babaei et son épouse, tous deux âgés de 29 ans, étaient retournés en Iran en juillet 2013 pour rendre visite à leurs familles.

Le jeune homme, qui résidait en Belgique depuis 2009, a été convoqué par des agents du ministère du Renseignement en août, qui lui ont demandé des informations sur des étudiants demeurant en Belgique. Ils lui ont aussi montré des photographies d'étudiants qu'il devait espionner.

Hamid Babaei a refusé de se plier à ces demandes et il a été arrêté. Il a finalement été condamné à 6 ans de prison. Dans son jugement, le président du Tribunal révolutionnaire a retenu à l'encontre de l'étudiant que la bourse et les subsides que lui allouait l'université de Liège constituaient des "preuves" de son inféodation à des "Etats hostiles".

Hamid Babaei a interjeté appel le 2 février auprès de la 54ème Chambre de la cour d'appel de Téhéran.

Nos partenaires