Un enfant sur neuf dans le monde vit dans une zone de conflit

26/01/16 à 14:29 - Mise à jour à 14:31

Source: Afp

Quelque 250 millions d'enfants, soit un sur neuf dans le monde, vivent dans des pays touchés par des conflits, a déploré mardi l'Unicef, en réclamant près de 3 milliards de dollars cette année pour aider les plus vulnérables d'entre eux.

Un enfant sur neuf dans le monde vit dans une zone de conflit

© REUTERS

"Le nombre d'enfants impliqués dans des crises humanitaires dans le monde est stupéfiant et consternant", a estimé le Fonds des Nations unies pour l'enfance.

L'agence a indiqué qu'elle aura besoin en 2016 de 2,8 milliards de dollars (2,6 milliards d'euros) pour aider ces enfants. Elle a précisé que son budget avait doublé en 3 ans alors que les conflits et des conditions climatiques extrêmes avaient forcé un nombre croissant d'enfants à quitter leur domicile et exposé des millions d'autres à de graves déficits alimentaires, à la violence, aux maladies, aux abus et aux menaces sur leur éducation.

Un enfant sur neuf

"Environ un enfant sur neuf dans le monde vit aujourd'hui dans des zones de conflit", a relevé l'Unicef dans son communiqué. L'an dernier, ces enfants "avaient deux fois plus de risques de mourir de maladies pour la plupart évitables avant l'âge de 5 ans que ceux vivant dans le reste du monde".

L'agence a précisé que le budget réclamé pour cette année lui permettra de venir en aide à 76 millions de personnes, dont 43 millions d'enfants, répartis dans 63 pays.

La plus grande partie de cette aide - près de 1,2 milliard de dollars - sera consacrée à la Syrie, dévastée par une guerre civile depuis 5 ans, et aux quelque 4 millions de Syriens qui se sont réfugiés dans les pays voisins, a-t-elle indiqué.

Education

L'Unicef a par ailleurs déclaré qu'un quart de l'aide qu'elle souhaitait distribuer était destinée à l'éducation des enfants dans les situations d'urgence, avec l'objectif de faire passer leur nombre de 4,9 millions en 2015 à 8,2 millions cette année.

Il a été prouvé que "si un enfant ne va pas à l'école pendant 5 ans, une génération est perdue", a déclaré à la presse Sikander Khan, l'un des directeurs de l'Unicef.

En savoir plus sur:

Nos partenaires