Un deuxième Français "identifié" parmi les bourreaux de l'organisation Etat islamique

19/11/14 à 10:56 - Mise à jour à 10:56

Source: L'express

n second Français a été identifié parmi les jihadistes ayant pris part à l'assassinat d'un otage américain et de soldats syriens au cours du week-end mis en scène dans une vidéo du groupe Etat islamique (EI), a affirmé mercredi à l'AFP une source proche du dossier.

Un deuxième Français "identifié" parmi les bourreaux de l'organisation Etat islamique

© capture d'écran

"Ce qui apparaît, c'est qu'il y avait deux Français, l'un identifié formellement, l'autre en voie de l'être", a déclaré mercredi François Hollande au sujet de la vidéo de l'Organisation Etat islamique qui met en scène la décapitation de Peter Kassig et 18 soldats syriens. Selon les informations de France 2, il s'agirait de Michaël Dos Santos, 22 ans. Il serait originaire de Champigny-sur-Marne pour France 2, de Villiers-sur-Marne pour l'AFP (les deux villes sont limitrophes). L'homme aurait été repéré par les services de renseignements en 2013 lors du démantèlement d'une filière dans le Val-de-Marne, et aurait adopté le nom de guerre d'Abou Othman.

La justice française a déjà formellement confirmé la présence, parmi les bourreaux, de Maxime Hauchard, 22 ans. Ce converti à l'islam serait "parti en Syrie en août 2013", avait indiqué le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Plus de 1.100 Français sont impliqués dans les filières jihadistes et 376 d'entre eux sont actuellement présents en Syrie ou en Irak, selon les autorités françaises. Une quarantaine y ont déjà trouvé la mort.

Qui parmi les 17 autres djihadistes?

Parmi les 17 autres combattants apparaissant dans la vidéo à visage découvert, aucun d'entre eux n'a jusqu'à présent été formellement identifié. Certains d'entre eux ont un type occidental ou asiatique. Le parquet fédéral a cependant confirmé mardi enquêter sur l'implication d'un homme originaire de Vilvorde dans les décapitations. Selon Het Laatste Nieuws, qui cite des enquêteurs, un des hommes ressemblerait fortement à ce combattant belge de 28 ans. Le Britannique surnommé "Jihadi John" par les médias britanniques, pourrait en faire partie égaement. C'est lui qui apparaîtrait masqué avec, à ses pieds, la tête décapitée de Peter Kassig.

Le fait de montrer dans la vidéo des hommes à visage découvert est une "manière d'illustrer la composition internationale du groupe", a estimé Aymenn al-Tamimi, membre du Forum Moyen-Orient et expert des groupes jihadistes.

Pour le président Hollande, l'EI cherche à "créer un effet d'horreur" avec ce message: "Voyez (...) de quoi vos éventuels ressortissants seraient capables".

Avancée kurde à Kobané

Le meurtre de Kassig intervient quelques jours après l'annonce par Barack Obama d'une "nouvelle étape" en Irak avec l'envoi de 1500 conseillers supplémentaires qui porteront à 3100 le contingent américain.

Excluant le déploiement de troupes au sol, les Etats-Unis et leurs alliés de la coalition ont récemment augmenté la fréquence de leurs raids aériens.

Fortes de ce soutien, et appuyées par des miliciens et des membres de tribus, les forces irakiennes ont regagné la semaine dernière du terrain face aux jihadistes, brisant le siège de la plus importante raffinerie du pays après avoir reconquis la ville de Baïji puis un barrage au nord de Bagdad.

Nos partenaires