Un adulte sur deux a des difficultés à identifier un résultat sponsorisé sur Google

04/05/16 à 14:55 - Mise à jour à 15:27

Un adulte sur deux ne serait pas capable d'identifier correctement un résultat sponsorisé suite à une recherche sur Google. C'est ce que révèle une étude publiée par Ofcom, l'équivalent britannique de notre Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA).

Un adulte sur deux a des difficultés à identifier un résultat sponsorisé sur Google

© REUTERS

La publicité omniprésente sur le Web est aujourd'hui présentée comme un mal nécessaire, nous permettant de profiter gratuitement de toute une série de services en ligne. De nombreuses compagnies et de marques sont prêtes à payer très cher pour capter l'attention de l'internaute au détour d'un clic. Facebook, Google, et bien d'autres en ont ainsi fait un modèle économique. "Si c'est gratuit, c'est que vous êtes le produit", selon la formule consacrée.

Si l'utilisateur n'a pas vraiment le choix de subir cette exposition quasi-constante à la publicité en ligne, il est néanmoins important qu'il puisse identifier correctement les contenus promotionnels. Or, c'est loin d'être actuellement le cas, particulièrement chez les adultes. C'est en tout cas ce que démontre une récente enquête de l'Office des Communications britannique (Ofcom), dans le cadre d'une étude générale sur les comportements des adultes face aux médias. Pour le bien de l'enquête, Ofcom a sélectioné à 1328 adultes, tous s'identifiant comme des utilisateurs fréquents du moteur de recherche le plus utilisé au monde. On leur a ensuite présenté les résultats d'une recherche du terme "walking boots" (bottines de marches) sur Google.

Les trois premiers résultats qui y apparaissent ne sont pas des liens naturels, mais des espaces de publicité sponsorisés, que les annonceurs achètent directement à Google via l'application Google AdWords. Ils sont pourtant reconnaissables par le logo "Ad" (ou "annonce" pour les utilisateurs francophones) encadré en orange et situé à côté du lien.

L'image montrée durant l'expérience.

L'image montrée durant l'expérience. © Capture d'écran

Les enquêteurs ont ensuite demandé aux participants laquelle de ces trois affirmations était la plus pertinente :

  • Ces liens sont sponsorisés, on a payé pour apparaître ici (publicité)·
  • Ces liens sont les trois meilleurs résultats de recherche (pertinence)·
  • Ces liens sont les trois pages préférées des internautes (popularité)

Moins de la moitié (49%) des adultes questionnés ont choisi la première affirmation, qui est la seule à être pertinente. Chez les internautes qui utilisent les moteurs de recherche depuis moins de 5 ans, le taux de réponses correctes descend même à 34%.

Autrefois, les liens sponsorisés de Google étaient systématiquement relégués dans une colonne placée sur la droite de l'écran. Ils étaient donc plus rapidement identifiables. Aujourd'hui, ils ressemblent à quelques détails près aux liens "naturels", et portent plus facilement à confusion.

L'étude Ofcom est disponible ici : Adult's media use and attitudes

Nos partenaires