Ukraine : Obama accuse la Russie de ne pas respecter l'accord

24/04/14 à 07:17 - Mise à jour à 07:17

Source: Le Vif

Le président américain Barack Obama a accusé jeudi la Russie de ne pas respecter l'accord international de Genève destiné à apaiser la tension en Ukraine, et l'a menacée de nouvelles sanctions.

Ukraine : Obama accuse la Russie de ne pas respecter l'accord

© Reuters

"Jusqu'à présent, nous ne les avons pas vus respecter ni l'esprit ni la lettre de l'accord de Genève", a déploré M. Obama en évoquant l'attitude des Russes, lors d'une conférence de presse à Tokyo. "Nous continuons de voir des hommes armés malveillants prendre des bâtiments, harceler les gens qui ne sont pas d'accord avec eux, déstabiliser la région et nous n'avons pas vu la Russie intervenir pour les décourager", a souligné le président américain. Il a ajouté que si la Russie continuait ainsi, il y aurait "des conséquences et de nouvelles sanctions" américaines à son encontre, rappelant que les mesures répressives déjà en place avaient "un impact sur l'économie russe". M. Obama n'a toutefois pas fixé de date butoir à partir de laquelle de nouvelles sanctions pourraient être décidées. Il a répété qu'il n'y aurait "pas de solution militaire au problème en Ukraine". Il s'agissait des premiers commentaires publics formulés par M. Obama depuis la signature il y une semaine du compromis international de Genève sur l'Ukraine, qui prévoit notamment le désarmement des groupes illégaux et l'évacuation des bâtiments occupés, aussi bien de la part des pro-occidentaux à Kiev que des séparatistes pro-russes dans l'Est du pays. Le ton est de nouveau monté mercredi entre Moscou et les Occidentaux, qui s'accusent mutuellement d'orchestrer les actes de leurs partisans et déploient leurs troupes près des frontières ukrainiennes.

Les photos de militaires russes en Ukraine dévoilées par Washington "truquées" (Lavrov)

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a nié mercredi la présence de militaires ou officiers de renseignement russes en Ukraine et affirmé que les photos dévoilées par les Etats-Unis sur leur présence étaient "truquées". "La seule chose spécifique que les Etats-Unis avancent à part des images truquées par ordinateur, qu'ils font circuler partout, la seule référence spécifique qu'ils ont fait (pour appuyer la thèse selon laquelle des militaires russes se trouvaient en Ukraine, ndlr) est que les gens utilisaient des armes russes", a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne télévisée RT. "Mais tout le monde utilise des armes légères russes en Ukraine, des kalachnikov et des pistolets Makarov, donc ce n'est pas très convaincant", a-t-il ajouté.

Le département d'Etat américain a dévoilé lundi des images montrant, selon lui, que des séparatistes armés dans l'est de l'Ukraine étaient en fait des militaires ou officiers de renseignement russes. Une série de photos fournies par Kiev à Washington par le biais de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) montre ainsi une image prise en Géorgie en 2008 d'un militaire à la longue barbe rousse, portant l'insigne d'une unité des forces spéciales russes. On voit le même homme, à la barbe un peu blanchie, sur une autre photo prise lors de la capture d'un commissariat de la ville de Kramatorsk par des militants séparatistes. "La même personne a été aperçue à Slaviansk le 14 avril 2014", indique la légende d'une troisième photo où on voit l'homme en treillis, une cigarette à la bouche. Une autre série d'images, pour certaines prises en Crimée, pour d'autres ces derniers jours dans l'est de l'Ukraine, est présentée comme montrant encore le même homme.

Une troisième série fournie par Kiev dévoile des "photos de famille" de membres d'une unité présentée comme un "groupe de sabotage-reconnaissance, dépendant du Directorat du renseignement des forces armées russes". En Crimée comme dans l'est de l'Ukraine, les Etats-Unis 2ont accusé depuis plusieurs semaines la Russie d'être liée aux mystérieux "hommes verts", surnom donné aux séparatistes armés pour leur treillis sans insigne permettant de les identifier.

Nos partenaires