Ukraine: le face à face continue

14/12/13 à 11:06 - Mise à jour à 11:06

Source: Le Vif

L'opposition ukrainienne pro-européenne et les partisans du président Viktor Ianoukovitch se faisaient face à face dans un climat tendu samedi à Kiev, le parti au pouvoir organisant une grande contre-manifestation à proximité du centre de la contestation.

Ukraine: le face à face continue

© Image Globe

L'opposition est mobilisée depuis plus de trois semaines sur la place de l'Indépendance pour réclamer le départ du chef de l'Etat, à qui elle reproche d'avoir renoncé à un accord avec l'UE au profit d'un rapprochement économique avec la Russie. Elle appelle à une nouvelle grande manifestation massive dimanche, de même ampleur que celles des deux dimanches précédents, qui ont rassemblé des centaines de milliers de personnes.

Les partisans de M. Ianoukovitch ont appelé de leur côté à un grand rassemblement dès samedi à 11H00 sur la place de l'Europe, à seulement quelques centaines de mètres de la place de l'Indépendance. Peu avant le début de la manifestation, des milliers de personnes brandissant des drapeaux aux couleurs du Parti des régions du président, affluaient sur les lieux.

Dans leur déclaration aux autorités, les organisateurs ont indiqué prévoir la venue de 200.000 personnes, a indiqué une porte-parole de la police à l'AFP. Les services de sécurité ont annoncé avoir renforcé leurs mesures de sécurité, invoquant la multiplication des alertes à la bombe ces derniers jours.

Du côté des pro-européens, la place de l'Indépendance, où se trouvaient samedi des milliers de manifestants, ressemble de plus en plus à un camp retranché. Après l'échec d'un assaut policier dans la nuit de mardi à mercredi, les forces anti-émeutes battant en retraite devant l'afflux de milliers de personnes, les manifestants ont dressé des barricades de plus de deux mètres, renforcées par des amas de neige tassés, des sacs de sable, des barils et des fils barbelés.

L'opposition espère signer dimanche une nouvelle démonstration de force, galvanisée par la tentative de les déloger dans la semaine qui a gonflé ses rangs.

Nos partenaires