Ukraine, la guerre des nerfs

02/03/14 à 08:54 - Mise à jour à 08:54

Source: Le Vif

Jusqu'où Vladimir Poutine va-t-il persister à vouloir intervenir en Ukraine ? Cela reste un mystère alors que dans le même temps, la pression internationale l'exhorte d'opter plutôt pour des négociations.

Ukraine, la guerre des nerfs

© Reuters

Alors que peu après le vote par le Parlement russe autorisant un "recours aux forces armées" en Ukraine, l'armée ukrainienne a été mise samedi en état d'alerte. Beaucoup de pays s'inquiètent et en appellent à la négociation avant que la situation ne dégénère davantage.

Guerre des nerfs entre la Russie et les Etats-Unis

Lors d'un appel téléphonique de 90 minutes, M. Obama a affirmé à M. Poutine qu'il avait violé la loi internationale en déployant des troupes russes en Ukraine, et l'a exhorté à discuter pacifiquement avec les autorités de Kiev de ses inquiétudes sur le traitement des russophones dans le pays, a indiqué la Maison Blanche. Ce à quoi Poutine a répondu qu'il se donne le droit de "protéger ses intérêts et les populations russophones" en cas de "violences" dans l'Est de l'Ukraine et en Crimée. M. Poutine a évoqué "la vraie menace pesant sur les vies et la santé des citoyens russes sur le territoire d'Ukraine" ainsi que "les actions criminelles des ultranationalistes soutenus par les actuelles autorités à Kiev".

Kerry a lui avertit Moscou d'un impact "profond" sur les relations avec les USA Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a prévenu Moscou que le déploiement de troupes russes en Ukraine menaçait "la paix et la sécurité" dans la région et risquait d'avoir un impact "profond" sur les relations américano-russes.

Pressions internationales

ONU

"Il est temps pour la Russie de mettre fin à son intervention" en Ukraine, a affirmé samedi l'ambassadrice américaine à l'ONU Samantha Power, lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies. "Les actions de la Russie en Ukraine violent la souveraineté (ukrainienne) et menacent la paix", a-t-elle ajouté en réclamant l'envoi "d'observateurs internationaux" en Crimée. Juste avant cette nouvelle réunion d'urgence du Conseil de sécurité, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé samedi au calme immédiat et au dialogue pour résoudre la crise en Ukraine, Nations unies sur ce sujet.

L'OTAN appelle la Russie à "respecter la souveraineté de l'Ukraine"

Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a appelé samedi soir la Russie à "respecter la souveraineté de l'Ukraine", assurant que les alliés se "coordonnaient" . "La Russie doit respecter la souveraineté de l'Ukraine, son intégrité territoriale et ses frontières, notamment en ce qui concerne les mouvements de forces russes en Ukraine", a-t-il posté sur son compte Twitter. Les 28 pays membres sont "en train de se coordonner étroitement à propos de la situation en Ukraine", a ajouté M. Rasmussen.

L'article 4 du traité de Washington

Le ministre lituanien des Affaires étrangères Linas Linkevicius a, pour sa part, réclamé que l'Otan discute, lors d'une réunion du Conseil de l'Atlantique nord, de la situation en Ukraine. Il a évoqué l'article 4 du traité de Washington, fondateur de l'Alliance atlantique, qui stipule que les alliés "se consulteront chaque fois que, de l'avis de l'une d'elles, l'intégrité territoriale, l'indépendance politique ou la sécurité de l'une des parties sera menacée".

"C'est à la table des négociations que l'on doit résoudre les conflits" (Verhofstadt)

"Quels que puissent être les intérêts russes en Crimée, c'est à la table des négociations que l'on doit résoudre les conflits, et non par le biais d'une intervention militaire", a indiqué samedi, dans un communiqué, Guy Verhofstadt. Le leader des libéraux au Parlement européen souhaite que l'Union européenne intervienne comme médiateur dès que possible.

"La dialogue est la seule solution" (Reynders)

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders appelle la Russie et le président Vladimir Poutine à respecter toutes les régions internationales et à "rester calme". Il a demandé au Conseil européen des affaires étrangères de se réunir afin d'aboutir à une position européenne commune. Une réunion est justement prévue lundi. "Nous suivons la situation heure par heure et nous sommes préoccupés par l'évolution en Ukraine et à Moscou", explique Didier Reynders. "Nous demandons une application correcte des règles internationales. "Le ministre a indiqué qu'une solution "ne peut être trouvée qu'à travers un dialogue. Un dialogue en Ukraine mais également en collaboration avec Moscou."

Le Canada pourrait renoncer au G8 de Sotchi en Russie, rappelle son ambassadeur

Le Premier ministre canadien Stephen Harper a menacé samedi de boycotter le sommet du G8 à Sotchi, emboitant ainsi le pas aux Etats-Unis après que Moscou eût donné le feu vert à une opération militaire en Ukraine, et a rappelé son ambassadeur à Moscou. "

La Pologne se sent menacée, demande une réunion du Conseil Atlantique Nord

La Pologne a demandé samedi soir la convocation d'urgence du Conseil de l'Atlantique Nord, se sentant menacée par l'intervention armée potentielle de la Russie en Ukraine voisine, a annoncé le président Bronislaw Komorowski.

Aucune justification à une intervention armée en Ukraine (Cameron)

Le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré samedi qu'il n'y avait pas de justification à une intervention armée en Ukraine après que le Parlement russe a approuvé le déploiement de troupes dans ce pays.



En savoir plus sur:

Nos partenaires