Ukraine: escalade de la violence, l'UE appelle Kiev à la retenue

13/04/14 à 08:28 - Mise à jour à 08:28

Source: Le Vif

"L'opération antiterroriste" lancée par les forces du gouvernement pro-européen d'Ukraine contre des insurgés armés pro-russes dans l'Est du pays a fait "des morts et des blessés des deux côtés", a annoncé dimanche le ministre de l'Intérieur. L'UE appelle Kiev à la retenue dans ses opérations de sécurité.

Ukraine: escalade de la violence, l'UE appelle Kiev à la retenue

© AFP

"De notre côté, un officier du SBU (services de sécurité, a été tué)", écrit Arsen Avakov sur sa page Facebook, évoquant également cinq blessés chez les loyalistes. "Chez les séparatistes, un nombre non déterminé" de victimes, poursuit le ministre. Parmi les blessés côté loyaliste figure "le chef du centre antiterroriste du SBU". Le ministre affirme que "les séparatistes se cachent derrière les populations civiles utilisées comme boucliers humains" et que "les forces du SBU se regroupent".

Des photographes de l'AFP présents à Slaviansk dimanche matin n'ont pas entendu de bruits de combats particuliers et ont pu constater que de nombreux civils pro-russes s'étaient volontairement rassemblés autour du commissariat tenu par les insurgés pour défendre les lieux.

Une "opération antiterroriste a débuté à Slaviansk", ville de l'Est de l'Ukraine où des hommes armés pro-russes ont pris samedi des bâtiments de la police et des services de sécurité, a annoncé dimanche matin le ministre de l'Intérieur ukrainien Arsen Avakov. "Des unités de toutes les forces du pays participent. Que Dieu soit avec nous", écrit le ministre sur sa page Facebook. M. Avakov n'a donné aucune autre précision dans ce message de deux lignes.

Des messages sur différents réseaux sociaux faisaient état dimanche matin de tirs dans la ville, qui compte quelque 100.000 habitants, sans qu'il soit immédiatement possible de confirmer.

Samedi soir, le ministre avait dénoncé une "agression" russe, après une série d'attaques toute la journée contre des bâtiments des forces de sécurité dans l'Est russophone de l'Ukraine, frontalier de la Russie. Ces attaques, menées par des hommes en uniformes non marqués, armés et visiblement bien organisés, ont fait penser au scénario qui s'était déroulé en mars en Crimée, et fait craindre que la Russie, qui a massé jusqu'à 40.000 hommes à la frontière, ne se saisisse du prétexte des troubles pour intervenir sur le territoire de son voisin.

Moscou n'a jamais reconnu le gouvernement provisoire pro-européen arrivé au pouvoir après le renversement fin février du président pro-russe Viktor Ianoukovitch à la suite de manifestations sanglantes à Kiev. Et la Russie a mis en garde samedi Kiev contre tout usage de la force contre les insurgés. Le Conseil de sécurité ukrainien s'est réuni samedi soir pendant plus de trois heures suite aux attaques dans l'Est, mis aucune décision n'a été annoncée à l'issue de cette réunion.

Le secrétaire général de l'Otan accuse Moscou de mener une propagande de guerre

Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen accuse Moscou de conduire une propagande de guerre en marge du conflit avec l'Ukraine. "La propagande russe contre l'Otan et l'Occident n'est autre qu'un voile de fumée destiné à occulter les activités illégales de Moscou", indique-t-il dimanche dans une interview au quotidien danois Politiken.

Selon M. Rasmussen, l'annexion de la Crimée par la Russie est contraire au droit international. Il réfute également l'affirmation de la Russie selon laquelle l'Alliance militaire atlantique s'immisce dans les affaires internes de l'Ukraine. Le secrétaire général de l'Otan s'est par ailleurs inquiété, dimanche dans un communiqué, de la nouvelle escalade de tensions dans l'est de l'Ukraine.

"Nous sommes vivement préoccupés par la campagne menée par des séparatistes pro-russes incitant à la violence pour déstabiliser l'Ukraine. La réapparition d'hommes armés en uniformes sans insigne rappelle le scénario qui s'est déroulé lors de l'annexion illégale et illégitime de la Crimée par la Russie", affirme-t-il. Il appelle la Russie à retirer ses troupes, y compris les forces spéciales, des zones frontalières de l'Ukraine. "Toute nouvelle tentative d'ingérence militaire, sous quel prétexte que ce soit, ne fera qu'accroître l'isolement international de la Russie", conclut-il.

L'UE appelle Kiev à la retenue dans ses opérations de sécurité

L'Union européenne a sommé dimanche la Russie de cesser toutes les tentatives de déstabilisation en Ukraine et invité les autorités ukrainiennes à continuer à montrer de la retenue dans les opérations pour rétablir leur autorité. La représentante de la diplomatie européenne Catherine Ashton s'est déclarée dans un communiqué "sérieusement préoccupée par les actions entreprises par des hommes armés et des groupes séparatistes dans diverses villes dans l'Est de l'Ukraine". Catherine Ashton a invité une nouvelle fois la Russie à "respecter l'intégrité territoriale du pays", à "retirer ses troupes massées près de la frontière et à cesser toute opération visant à déstabiliser l'Ukraine". La représentante de la diplomatie de l'UE a dans le même temps invité les autorités ukrainiennes à continuer à montrer de la retenue dans les opérations entreprises pour rétablir leur autorité".
Catherine Ashton a dit son espoir que la réunion prévue le 17 avril à Genève avec le secrétaire d'État américain John Kerry et les ministres des Affaires étrangères russe Serguei Lavrov et ukrainien Andriï Dechtchitsa permettra de stabiliser la situation. Les ministres des Affaires étrangères de l'UE se réunissent lundi à Luxembourg pour décider des suites éventuelles à donner à ce regain de tensions en Ukraine et évaluer les conséquences de la menace de la Russie de couper les livraisons de gaz à l'Ukraine.

En savoir plus sur:

Nos partenaires