Ukraine: accusé de "meurtres de masse", Ianoukovitch se cache

24/02/14 à 11:10 - Mise à jour à 11:10

Source: Le Vif

Viktor Ianoukovitch est officiellement recherché pour "meurtres de masse" de civils, a déclaré lundi le ministre de l'Intérieur par intérim Arsen Avakov. Aperçu à Donetsk, soupçonné de se cacher sur la péninsule de Crimée, le président ukrainien déchu demeure pour l'heure introuvable.

Ukraine: accusé de "meurtres de masse", Ianoukovitch se cache

© AFP

L'étau se resserre autour du président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch qui fait désormais l'objet d'un mandat d'arrêt pour "meurtres de masse" de civils, comme l'a déclaré lundi le ministre de l'Intérieur par intérim Arsen Avakov sur son compte Facebook. Même son propre parti politique, le Parti des régions, l'estime coupable "des événements tragiques" et condamne sa "trahison".

"Une enquête criminelle a été ouverte pour meurtre de masse de civils à l'encontre de Ianoukovitch et de plusieurs autres fonctionnaires. Un mandat d'arrêt est lancé contre eux", a souligné le ministre Arsen Avakov, qui ajoute que Ianoukovitch, destitué samedi, se trouve sur la péninsule de Crimée avec son chef de cabinet, Andriy Klyuyev.

Itinéraire d'une fuite

Dans les heures qui ont précédé sa destitution officielle, Viktor Ianoukovitch aurait quitté sa fastueuse villa de Kiev à bord d'un hélicoptère direction Kharkov, comme tendent à le confirmer ces images en noir et blanc diffusées par une télévision d'opposition ukrainienne.


Le lendemain, le samedi 22, il aurait été aperçu sur le tarmac de l'aéroport de Donetsk, dans l'est, tentant de quitter le pays en compagnie de sa sécurité. "Un avion privé, qui devait décoller de l'aéroport de Donetsk, n'avait pas ses autorisations en ordre. Quand les responsables sont arrivés pour vérifier les documents, ils ont été accueillis par des hommes armés qui leur ont proposé de l'argent pour pouvoir décoller sans autorisation", a déclaré à l'AFP le porte-parole des gardes-frontières, Sergiy Astahov, ajoutant que cette offre a été refusée. "Peu après, deux véhicules blindés se sont arrêtés près de l'avion et le président en est sorti et a quitté l'aéroport", a-t-il ajouté.

Le porte-parole n'a pas pu préciser la destination de l'avion, mais le chef de l'Etat tentait de s'enfuir en Russie, selon le nouveau président du Parlement, Olexandre Tourtchinov, issu de l'opposition. "Il a essayé de prendre un avion à destination de la Russie, mais il en a été empêché par des gardes-frontières."

Viktor Ianoukovitch serait finalement retourné à Donetsk, avant de partir en voiture, durant la nuit, en direction de la Crimée pour y arriver dimanche 23. Le président déchu se serait arrêté dans un sanatorium de la région, et non dans une résidence officielle.

Enfin, dimanche soir, Viktor Ianoukovitch serait parti en direction de l'aéroport de Sébastopol, sans toutefois y arriver et faisant halte dans une résidence privée.

Depuis, Ianoukovtich est parti dans une direction inconnue, avec ce qui reste des membres encore fidèles de ses services de sécurité.

Les violences au centre de Kiev ont fait 82 morts la semaine dernière.

L'Ukraine a besoin de 35 milliards

Alors que la haute représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, est attendue à Kiev en début d'après-midi, le ministre des Finances par intérim Iouri Kolobov a pour sa part annoncé que "l'aide macro-économique dont a besoin l'Ukraine peut atteindre 35 milliards de dollars en 2014-2015".

"Nous avons proposé à nos partenaires occidentaux d'organiser une grande conférence internationale de donateurs", selon un communiqué.

"L'Ukraine est en train de glisser dans le précipice, elle est au bord d'un défaut de paiement", avait prévenu dimanche le président par intérim Olexandre Tourtchinov, dénonçant la gestion de Ianoukovitch et de son Premier ministre, Mykola Azarov, qui, selon lui, ont "ruiné le pays".

L'Union européenne se tient prête à aider l'Ukraine à honorer ses engagements financiers et à négocier son tournant politique, avait auparavant indiqué lundi le ministre britannique des Finances, George Osborne. Les Occidentaux ne cachent pas leurs craintes pour l'intégrité territoriale de l'Ukraine après la crise de la semaine dernière.

L'ex-opposition, désormais aux manettes, s'est rapidement mise au travail pour remettre le pays en état de marche. La nomination d'un gouvernement intérimaire est attendue au plus tard mardi, en attendant la tenue d'une élection présidentielle le 25 mai.

Dimanche, le Parlement, désormais dominé par les anti-Ianoukovitch, avait pris les choses en main et nommé Olexandre Tourtchinov, un proche de l'opposante Ioulia Timochenko, au poste de président par intérim. Le nouveau chef de l'État n'a pas fait mystère des difficultés qui attendent le pays mais réaffirmé que l'intégration européenne était "une priorité" pour l'Ukraine.

La chancelière allemande Angela Merkel et le président russe Vladimir Poutine sont eux aussi tombés "d'accord sur le fait que l'Ukraine doit se doter rapidement d'un gouvernement en mesure d'agir et que l'intégrité territoriale doit être préservée", a annoncé la chancellerie allemande.

Quant à Ioulia Timochenko, l'ex-égérie de la Révolution orange tout juste sortie de prison, elle a fait savoir qu'elle n'était pas intéressée par le poste de Premier ministre. Elle doit rencontrer "très prochainement" la chancelière allemande. Celle-ci lui a également proposé de venir se soigner en Allemagne.

En savoir plus sur:

Nos partenaires