Turquie: Erdogan défend une reconduction de l'état d'urgence

29/09/16 à 13:52 - Mise à jour à 13:52

Source: Afp

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a défendu jeudi la reconduction attendue de l'état d'urgence en vigueur depuis le putsch avorté de juillet, laissant entendre qu'il pourrait rester en place jusqu'à douze mois.

Turquie: Erdogan défend une reconduction de l'état d'urgence

© Reuters

Le Conseil national de sécurité, présidé par M. Erdogan, avait recommandé mercredi au gouvernement de prolonger l'état d'urgence imposé pour trois mois après le coup manqué et qui doit expirer le 20 octobre.

Le Conseil "a estimé que la période de trois mois n'était pas suffisante et qu'il était dans l'intérêt de la Turquie de la prolonger de trois mois", a expliqué M. Erdogan lors d'une allocution devant des élus locaux à Ankara.

"Même douze mois pourraient ne pas être suffisants", a-t-il ajouté. "Le gouvernement va prendre les mesures nécessaires".

L'état d'urgence a donné les coudées franches aux autorités pour mener de vastes purges visant notamment les partisans présumés de l'ex-prédicateur Fethullah Gülen, accusé d'être l'instigateur du putsch.

Les autorités turques avaient annoncé mercredi que 32.000 personnes avaient été arrêtées dans le cadre de ces purges. Des milliers d'autres ont été suspendues de leurs fonction dans administration ou limogées.

Pour M. Erdogan, le maintien de l'état d'urgence est nécessaire non seulement pour démanteler les réseaux de putschistes présumés mais aussi pour faire face à l'insurrection kurde dans le sud-est du pays.

Il a affirmé que la Turquie ne saurait être critiquée pour avoir imposé l'état d'urgence ou pour sa probable reconduction, citant comme exemple la France qui a pris une mesure similaire après les attentats jihadistes meurtriers en novembre 2015 à Paris, reconduite pour six mois en juillet après l'attentat de Nice.

"Est-ce que quiconque demande à la France pourquoi elle a imposé l'état d'urgence pour un an? La Turquie a connu une tentative de coup d'Etat qui ne saurait être comparée aux attaques terroristes en France et je crois que mon peuple comprendra et soutiendra la décision de le prolonger", a-t-il dit.

Nos partenaires