Alexis Goffin
Alexis Goffin
Parti Pirate
Opinion

02/03/16 à 14:03 - Mise à jour à 14:02

TTIP : mobilisons-nous !

Ce jeudi 3 mars 2016, la Chambre des représentants se réunit afin de se prononcer sur un projet de résolution concernant le tristement célèbre traité transatlantique (TTIP).

TTIP : mobilisons-nous !

© iStock

Une proposition de résolution est un texte dans lequel un ou plusieurs parlementaires exposent leur point de vue sur certaines questions ou demandent au gouvernement d'orienter sa politique dans la direction souhaitée par eux. Ainsi, si ce texte est adopté, il devrait servir de ligne directrice à nos représentants concernant ce sujet.

Tout au long de l'année 2015, plusieurs textes ont été soumis par chacun de nos partis politiques. En tant que pirate et citoyen, j'ai voulu m'intéresser aux différentes positions de nos élus sur le sujet.

Les libéraux néerlandophones et francophones ont dans un premier temps proposé un texte largement en faveur du TTIP. Des amendements ont été proposés par des élus de la N-VA et du CD&V sans en changer le coeur. Les socialistes néerlandophones et francophones ont quant à eux une position plus mitigée, exigeant plus de transparence dans les négociations, mais n'excluant pas toute éventualité de coopération avec les États-Unis si le cadre de travail évoluait positivement. Les partis écologistes, tant néerlandophones que francophones, ont une position plus ferme et demandent l'arrêt des négociations du traité transatlantique. Le texte soumis par les élus du PTB-GO! va dans le même sens que celui de leurs collègues écologistes.

Finalement, et suite à une discussion entre les différents élus, c'est le texte des libéraux, qui a été adopté après quelques transformations.

Ce texte nous permet de comprendre les principales motivations de nos parlementaires en ce qui concerne la signature éventuelle du traité transatlantique. Les arguments des auteurs de la proposition de résolution tournent principalement autour des avantages commerciaux et économiques qui permettraient de substantiels profits pour les pays de l'Union européenne. On y parle beaucoup de croissance, d'exportations et de travail international. La proposition de résolution formule néanmoins quelques réserves concernant le manque de transparence et certaines zones d'ombre autour des négociations. Les parlementaires demandent certaines garanties qu'il faudrait à leur sens ajouter dans le texte, mais se positionnent globalement pour cet accord qui permettrait de juteux profits, se remettant à la sagesse du Conseil européen pour rédiger un texte qui soit à l'avantage de l'Union européenne.

Par exemple, ils tiennent à rappeler leur position concernant la privatisation des biens publics et l'exception culturelle (point 1.d du texte).

Néanmoins, la position des auteurs de ce texte est sans équivoque : ils demandent "la poursuite de négociations transparentes menant à la conclusion d'un accord de libre-échange entre les États-Unis et l'Union européenne avant la fin 2016." Pourtant, le traité transatlantique a prouvé qu'il n'était pas possible de donner toutes les garanties que les représentants libéraux, MM. Miller, Flahaux et Vandenput ainsi que Mme Lijnen, souhaitent dans la proposition de résolution qui sera présentée à la Chambre ce jeudi. Malgré cet état de fait, nos représentants expriment leur volonté de signer ce traité. Lors des discussions qui ont eu lieu, M. Miller considère que si le rejet des citoyens européens vis-à-vis du TTIP est si important, c'est avant tout à cause d'une diabolisation du projet. Il déclare également qu'une majorité de citoyens européens est pour ce traité qui est supposé apporter des emplois et améliorer l'économie européenne. C'est balayer d'un revers de la main la pétition qui a été signée par plus d'un million de citoyens, soumise au Parlement européen et rejetée par celui-ci.

De façon générale, les retombées économiques attendues par les libéraux semblent relever de la croyance aveugle, puisque selon un rapport récent, "TTIP and the EU Member States", le traité transatlantique amènerait une augmentation de 1,1% du PIB belge et de 0,5 % du PIB européen. C'est un résultat peu impressionnant pour un texte flou qui pourrait potentiellement bouleverser nos vies.

De leur côté, les opposants au texte (écologistes et PTB-GO!) ont fait remarquer l'hypocrisie d'une évaluation a posteriori (point 1.k. de la proposition de résolution) dont les conséquences ne sont pas clairement définies. Ils se sont également interrogés sur le terme "transparence adéquate" au point 2.a. de la proposition, qui n'a pas de valeur concrète.

Je pense pour ma part que leurs craintes sont légitimes et je regrette qu'elles aient été ignorées ainsi. Il est dommage de remettre nos vies (car c'est de cela qu'il s'agit) entre les mains d'un texte dont nous ne savons rien pour céder à la promesse de la croissance et du plein emploi, cette politique ayant (plusieurs fois prouvé) qu'elle ne donnait pas de résultats améliorant significativement le bien-être des citoyens.

Je ne cherche pas ici à mettre en avant telle ou telle position par rapport au traité transatlantique, même s'il est difficile d'être en sa faveur quand on n'est pas (directement) concerné par ses retombées supposément bénéfiques (comprendre : quand on n'est pas une multinationale spécialisée dans le commerce international). Je m'interroge surtout sur le manque d'implication des citoyens dans ce sujet qui nous concerne pourtant tous.

Je prends ainsi au mot MM. Miller, Flahaux et Vandenput et Mme Lijnen qui souhaitent nous impliquer, nous les citoyens, dans le débat de façon "pédagogique et objective" (comme ils le disent si bien au point 2.d. de la proposition).

Ils seront certainement ravis de répondre aux interrogations et aux craintes de leurs concitoyens quant à la signature d'un traité qui se rédige dans l'ombre et qui risque de bouleverser nos vies pour des bénéfices plus qu'hypothétiques.

Au nom du Parti Pirate, j'invite dès lors tous les citoyens qui se sentent concernés par les conséquences que pourrait avoir la signature du traité transatlantique sur nos vies de prendre part au débat en contactant leurs représentants, dont voici la liste : https://goo.gl/B2NqGt

En savoir plus sur:

Nos partenaires