Trump n'aime que les bonnes nouvelles (et les photos flatteuses)

10/08/17 à 11:02 - Mise à jour à 11:02

Le président des Etats-Unis se fait apporter deux fois par jour des nouvelles positives à son égard, glanées dans les médias et sur les réseaux sociaux. Un document qualifié de " propagande " jusque dans les couloirs de la Maison Blanche.

Trump n'aime que les bonnes nouvelles (et les photos flatteuses)

© REUTERS

Depuis le début de son mandat, un document spécial est préparé deux fois par jour à l'intention du président des Etats-Unis. Ce document d'une vingtaine de pages ne contient pas de renseignements secrets ou des mises à jour sur les initiatives législatives, mais plutôt des informations qui viennent conforter l'égo du président. Ce procédé a été confirmé et décrit à Vice News par trois fonctionnaires (actuels ou anciens) de la Maison Blanche. Ces dossiers contiennent toutes sortes de nouvelles positives concernant Donald Trump : captures d'écrans de nouvelles télévisées, tweets d'admiration, retranscriptions d'interviews télévisées et parfois même des photos de Trump à la télévision, les plus flatteuses, celles où il a l'air puissant.

War room

Selon un responsable de la Maison Blanche, le seul feedback que le département communication, chargé de préparer ce dossier, a eu en plusieurs mois, c'est qu'il doit être "fucking positive". C'est la raison pour laquelle, dans les couloirs de la Maison Blanche, certains appellent ça "le document de propagande". Le processus d'assemblage du dossier a lieu dans la "salle de guerre" ("war room") du Comité national républicain, qui est passée de 4 à 10 collaborateurs depuis la victoire du parti à la course à la présidence. C'est dans la war room qu'on surveille les nouvelles locales et nationales, que ce soient la télévision, les médias sociaux, numériques ou imprimés. On y observe notamment comment le parti, ses candidats et ses opposants sont vus par la presse et l'opinion publique.

Les membres du personnel collectent les informations, envoient des extraits à leurs collègues et quelques citations et titres favorables à une liste de journalistes. Ils sélectionnent également les extraits les plus positifs pour les donner au président. Quand il n'y a pas suffisamment de commentaires positifs, le staff communication demande aux membres du Comité des photos flatteuses du président. "C'est sans doute bien pour le pays que le président soit de bonne humeur le matin", déclare un ancien du Comité national républicain. Contacté par Vice News, Sean Spicer, l'ancien porte-parole de la Maison Blanche, a contesté la nature de ce dossier, arguant que l'information " n'est pas exacte à plusieurs niveaux", sans donner davantage de précisions.

"Obama aurait éclaté de rire"

Avec un monde médiatique connecté et des médias sociaux en ébullition, il est évidemment indispensable que des organismes tels que la Maison Blanche se dotent d'une équipe pour surveiller la couverture médiatique. C'était déjà le cas dans l'administration Obama, avec des collaborateurs qui suivaient télévisions, Twitter et journaux imprimés pour envoyer les extraits les plus pertinents aux assistants de la Maison Blanche. Mais la production d'un dossier avec des nouvelles exclusivement positives, qui plus est avec l'aide du Comité national républicain, semble anormale aux anciens responsables de la Maison Blanche interrogés. "Si nous avions préparé un tel résumé pour Obama, il aurait éclaté de rire. C'était une présidence fondée sur la réalité", assure David Axelrod, conseiller principal de Barack Obama durant les deux premières années.

Un responsable actuel de la Maison Blanche déclare que l'idée venait de Reince Priebus et Sean Spicer. N'étant pas toujours en bonne posture, ils voulaient être vus par le président comme les porteurs de bonnes nouvelles. "C'était de la préservation de soi", confie-t-il. D'ailleurs, dans les deux semaines qui ont suivi les départs de ces deux collaborateurs, ce dossier aurait été produit moins fréquemment, et quasi exclusivement après des évènements publics.

Nos partenaires