Trump et Clinton s'affrontent dans un débat tendu

27/09/16 à 06:29 - Mise à jour à 08:48

Source: Afp

Echanges musclés, ambiance électrique: le premier débat présidentiel entre Hillary Clinton et Donald Trump a donné lieu lundi à un affrontement tendu, plaçant le républicain souvent sur la défensive, à six semaines d'une élection américaine à l'issue totalement indécise.

Trump et Clinton s'affrontent dans un débat tendu

Donald Trump et Hillary Clinton, au terme du premier débat présidentiel à l'Université d'Hofstra à Hempstead, New York. © REUTERS/Mike Segar

Pendant 90 minutes, les deux rivaux se sont affrontés sur leur vision de l'avenir, l'économie, la sécurité, la politique étrangère et d'autres sujets comme la feuille d'impôt de Donald Trump ou les emails d'Hillary Clinton.

"Donald, vous vivez dans un monde à part", l'a apostrophé l'ancienne Première dame, ancienne sénatrice et ancienne secrétaire d'Etat, qui aspire à devenir la première femme présidente des Etats-Unis. Elle a régulièrement évoqué "les faits" face à un rival selon elle prêt à dire "des choses folles" pour être élu.

"Nous perdons nos bons emplois, ils vont au Mexique, dans beaucoup d'autres pays. Je ferai revenir nos emplois, vous ne pouvez pas le faire", a lancé le candidat républicain, plus posé qu'à l'habitude sur la forme, et qui n'a notamment jamais utilisé le surnom qu'il a donné à sa rivale d'"Hillary la crapule".

Des millions d'Américains étaient rivés à leur écran de télévision ou d'ordinateur, pour ce débat entre une démocrate hyper-expérimentée qui peine à susciter l'enthousiasme, et son adversaire républicain, néophyte au caractère imprévisible.

Les premiers commentaires et de premiers sondages sur le vif, certes imprécis, donnaient l'avantage à Hillary Clinton. La chaîne CNN a interrogé 521 électeurs potentiels qui ont trouvé à 62% contre 27 qu'Hillary Clinton avait gagné.

Seuls sur scène, debout derrière un pupitre, face au modérateur, le journaliste Lester Holt, Hillary Clinton a évoqué son programme, en avançant des propositions concrètes, soulignant les progrès accomplis ces huit dernières années.

Donald Trump, très critique de l'administration Obama, a interrompu régulièrement sa rivale qu'il a décrite comme une "politicienne typique. Des discours, pas d'action". "Vous avez fait ça pendant 30 ans, pourquoi commencez-vous à penser à ces solutions maintenant"?

Mais il a souvent été sur la défensive, Hillary Clinton plus précise, connnaissant beaucoup mieux ses dossiers. Et sur la fin du débat, qui a duré 90 minutes, les attaques se sont faites plus personnelles. "Elle n'a pas l'énergie (...) Pour être président de ce pays, vous avez besoin d'une énergie phénoménale", a déclaré Donald Trump.

"Quand il aura voyagé dans 112 pays et négocié un accord de paix, un cessez-le-feu, la libération de dissidents (...) ou même qu'il aura passé 11 heures à témoigner devant une commission au Congrès, il pourra me parler d'énergie", a répondu Hillary Clinton.

"Il cache quelque chose"

Le magnat de l'immobilier l'avait auparavant mise en cause sur l'utilisation de sa messagerie privée lorsqu'elle dirigeait la diplomatie américaine. "C'était plus qu'une erreur (...) ce pays pense que c'est une honte".

En retour, Clinton a insisté sur le refus obstiné du républicain de publier sa déclaration d'impôts.

"Il cache quelque chose (...) Peut-être qu'il n'est pas aussi riche qu'il le dit", a lancé la candidate démocrate, rappelant que tous les candidats à la Maison Blanche depuis 40 ans avaient diffusé leurs déclarations d'impôts.

L'ancienne chef de la diplomatie a aussi accusé son rival d'avoir bâti sa carrière politique sur un "mensonge raciste" mettant en doute la nationalité américaine du président Barack Obama. Pressé de questions par le modérateur sur son récent revirement sur la question, Trump n'a rien trouvé d'autre à répondre que "je ne dis rien".

La salle n'avait en principe pas le droit d'applaudir, durant ce débat organisé à l'université Hofstra près de New York.

Mais elle n'a pu s'en empêcher, lorsque Clinton a déclaré : "Oui, je me suis préparée pour ce débat et je me suis aussi préparée pour la présidence et je pense que c'est une bonne chance".

Clinton domine

Hillary Clinton, qui a déjà participé à plus de 30 débats politiques depuis 2000, a cherché à imposer une stature plus présidentielle dans la partie du débat consacrée à la politique étrangère et à la sécurité, cherchant notamment à rassurer les alliés des Etats-Unis.

"Vous n'avez pas tant vu une performance parfaite d'Hillary Clinton qu'une performance aussi imparfaite que possible de son opposant", a commenté après le débat John Hudak, de la Brookings Institution à l'AFP. "Clinton a dominé du début à la fin".

"Aucun des candidats n'a fait de grosse erreur, Trump a raté plus d'opportunités que Clinton. Elle a semblé présidentielle, ce n'est pas une surprise", a déclaré pour sa part Timothy Hagle, professeur de sciences politiques à l'université d'Iowa.

Selon une enquête menée par la chaîne d'information CNN à l'issue du débat, Hillary Clinton est la "gagnante" de cette joute, obtenant 62% d'opinions favorables sur ces 90 minutes, contre seulement 27% pour Donald Trump.

Deux autres débats présidentiels sont prévus les 9 et 19 octobre prochains. Avant cela, les candidats à la vice-présidence, le démocrate Tim Kaine et le républicain Mike Pence, croiseront verbalement le fer le 4 octobre.

Les principales déclarations

"UN MONDE A PART"

Hillary Clinton: "Donald, je sais que vous vivez dans un monde à part, mais ces faits ne sont pas exacts".

(à propos de l'accord de libre-échange nord-américain Nafta)

"CANULAR"

Clinton: "Un pays va devenir le super-pouvoir des énergies propres du XXIe siècle. Donald pense que le changement climatique est un canular monté par les Chinois. Je pense que c'est très réel. (...) Il est important qu'on se saisisse de ce problème, tant chez nous qu'à l'étranger".

EMAILS CONTRE IMPOTS

Donald Trump: "Je vais montrer ma déclaration de revenus, contre l'avis de mes avocats, dès qu'elle rendra publics les 33.000 emails qu'elle a effacés".

Hillary Clinton: "Je n'ai aucune raison de croire qu'il rendra jamais publiques ses déclarations de revenus, parce qu'il a quelque chose à cacher".

PRÉPARÉE

Clinton: "Je pense que Donald vient de me critiquer parce que j'ai préparé ce débat. Oui, je l'ai préparé. Et vous savez pour quoi d'autre je me suis préparée? Je me suis préparée à devenir présidente. Et c'est une bonne chose".

MAINTIEN DE L'ORDRE

Trump: "On a besoin de maintien de l'ordre dans notre pays. (...) Dans nos villes des Noirs, des Hispaniques vivent en enfer parce que c'est dangereux. Vous marchez dans la rue, on vous tire dessus. (...) On a des gangs dans les rues, et dans beaucoup de cas ce sont des immigrés illégaux. Et ils ont des armes, ils tirent sur des gens. Nous devons être très forts, nous devons être vigilants. (...) A l'heure actuelle notre police, dans bien des cas, a peur de faire quoi que ce soit. On doit protéger nos centre-villes parce que les communautés noires sont décimées par le crime."

"MENSONGE RACISTE"

Clinton: "Il (Trump) a vraiment démarré son activité politique sur la base de ce mensonge raciste (selon lequel) notre premier président noir n'était pas un citoyen américain. Il n'y a absolument aucune preuve de cela (mais) il l'a répété, il l'a répété année après année".

"CHAOS TOTAL"

Trump: "Si vous regardez le Moyen-Orient, c'est le chaos total, dans une large mesure sous votre direction. (...) Vous parlez de l'EI, mais vous étiez là et vous étiez secrétaire d'Etat alors que le groupe n'en était qu'à ses balbutiements. Maintenant il est présent dans plus de 30 pays, et vous allez les arrêter? Je ne le pense pas".

GENDARMES DU MONDE

Trump: "Je veux bien aider tous nos alliés, mais nous perdons des milliards et des milliards de dollars. Nous ne pouvons pas être les gendarmes du monde, nous ne pouvons pas protéger les pays partout dans le monde quand ils ne nous paient pas ce qu'il faut".

NE DITES RIEN À L'ENNEMI

Clinton: "Au moins j'ai un plan pour combattre l'EI".

Trump: "Non, non, vous dites à l'ennemi tout ce que vous voulez faire".

Clinton: "Non, ça n'est pas vrai"

Trump: "Vous dites à l'ennemi tout ce que vous voulez faire. Pas étonnant que vous ayez combattu l'EI pendant toute votre vie d'adulte"

ÉNERGIE

Trump: "Elle n'a pas l'énergie. (...) Pour être président de ce pays, vous avez besoin d'une énergie phénoménale. (...) Il y a tellement de choses différentes que vous devez être capables de faire, et je ne pense pas qu'Hillary a l'énergie".

Clinton: "Quand il aura voyagé dans 112 pays et négocié un accord de paix, un cessez-le-feu, la libération de dissidents (...) ou même qu'il aura passé 11 heures à témoigner devant une commission au Congrès, il pourra me parler d'énergie".

"JE LA SOUTIENDRAI"

Trump: "Je veux rendre sa grandeur à l'Amérique. Je serai capable de le faire et je ne pense pas qu'Hillary le pourra. Mais si elle gagne, je la soutiendrai totalement".

Nos partenaires