Tristane Banon : "Je suis certaine qu'il m'aurait violée"

30/09/11 à 10:41 - Mise à jour à 10:41

Source: Le Vif

La journaliste qui accuse Dominique Strauss-Kahn de tentative de viol a répondu aux questions de Laurence Ferrari ce jeudi soir sur TF1. Et réitéré ses accusations.

Tristane Banon : "Je suis certaine qu'il m'aurait violée"

© Image Globe

Après Dominique Strauss-Kahn, c'était au tour de Tristane Banon. La journaliste romancière, qui accuse DSK de tentative de viol, était l'invitée de Laurence Ferrari au 20h de TF1 ce jeudi soir.

Cette deuxième intervention télévisée intervenait après la confrontation entre Tristane Banon et DSK dans les locaux de la police judiciaire parisienne ce jeudi matin. Revenant sur ce face à face, la plaignante a affirmé "avoir maintenu ses accusations".

"Je suis heureuse de cette confrontation, a-t-elle déclaré, car je ne crois pas que la brigade prenne le temps de faire une confrontation dans un dossier vide." Et de poursuivre: "Je pensais sincèrement qu'il s'excuserait. Il n'a même pas osé de me regarder." Au lieu de ça, Dominique Strauss-Kahn n'aurait fait que répéter: "Je ne me souviens plus, j'ai oublié" ou "ce sont des faits imaginaires".

Tristane Banon a affirmé avoir soulevé, devant les policiers, les différentes incohérences de la version des faits livrée par l'ancien patron du FMI. "Je ne peux pas croire que toutes les incohérences [...] n'éveillent pas la suspicion du parquet." Et, au bord des larmes: "Je suis certaine qu'il m'aurait violée si je n'avais pas réussi à m'échapper."

"Est-ce que vous regrettez de ne pas avoir porté plainte plus tôt?", lui demande alors Laurence Ferrari. "Je regrette de ne pas avoir porté plainte plus tôt mais ce n'était pas possible. C'est un faux procès que l'on me fait: vu la position de Dominique Strauss-Kahn à cette époque, on ne m'aurait pas écoutée." Et d'ajouter à l'attention de ses détracteurs: "Je savais que je serai laminée, exactement comme Nafissatou Diallo a été laminée aux Etats-Unis."

La journaliste a également déploré le portrait dépeint d'elle depuis le dépôt de la plainte pour tentative de viol. "Tous ces groupes de communicants sont en train de pointer mes ex pour expliquer que je suis une déséquilibrée, mon enfance un peu chaotique, on dit que je couche avec mon avocat... [...] Dans quel pays on s'attaque à ces choses là pour expliquer que je n'ai pas subi de tentative de viol?"

Les charges pénales abandonnées contre lui, DSK est toujours visé par une plainte au civil outre-Atlantique. Les avocats de l'ancien patron du FMI ont demandé le classement de celle-ci au motif de l'immunité diplomatique de leur client. "Je m'interroge sur la nécessité d'une immunité diplomatique pour un innocent, a commenté Tristane Banon. Ca veut dire qu'on a le droit d'agresser des femmes, de tenter de les violer, de les violer?"

Après cette confrontation, le parquet a trois options: ouvrir une information judiciaire, classer la plainte ou la requalifier en agression sexuelle, un délit prescrit trois ans après les faits, qui dans cette affaire, remontent à 2003.

Le Vif.be, avec L'Express.fr

Avertissement de modération Pour la bonne tenue des débats, merci d'éviter tout commentaire diffamatoire. Toute réaction allant en ce sens sera modérée, et son auteur est susceptible de bannissement. Merci de votre compréhension.

En savoir plus sur:

Nos partenaires