Tous les soldats israéliens ont quitté la bande de Gaza

04/08/14 à 18:06 - Mise à jour à 18:06

Source: Le Vif

L'armée israélienne a retiré la totalité de ses troupes de la bande de Gaza, a indiqué son porte-parole mardi. "Toutes nos forces sont sorties de Gaza", a déclaré le général Moti Almoz à la radio militaire.

Tous les soldats israéliens ont quitté la bande de Gaza

© AFP/Mahmud Hams

L'annonce de ce retrait total coïncidait avec l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu de 72 heures accepté à la fois par Israël et par le Hamas.

On ignore le nombre de soldats israéliens qui ont été déployés au sol depuis le début, le 17 juillet, de la phase terrestre de l'opération "Bordure protectrice" déclenchée le 8 juillet. Ce chiffre est soumis à la censure militaire.

L'armée israélienne a prévenu qu'en dépit du cessez-le-feu, elle riposterait à toute attaque dont elle ferait l'objet.

Dans les dernières minutes avant l'instauration de la trêve au 29ème jour de guerre, les deux ennemis se sont livrés à une démonstration de leurs forces respectives. Les combattants palestiniens ont lancé leurs roquettes vers une dizaine de villes israéliennes, tandis que l'aviation israélienne menait une série de raids contre plusieurs localités de la bande de Gaza. Ces derniers raids aériens n'ont pas fait de blessé côté palestinien, ont indiqué les secours locaux.

Israël et le Hamas acceptent un cessez-le-feu de 72 heures

Israël et le Hamas ont tous les deux accepté la proposition égyptienne d'un cessez-le-feu de 72 heures. Cette trêve doit débuter mardi vers 8h00, heure locale (7h00 en Belgique).

Le porte-parole du gouvernement israélien Mark Regev a confirmé que Tel Aviv accepte la proposition égyptienne. "Nous avions accepté l'initiative égyptienne il y a déjà trois semaines. Ce bain de sang aurait pu être évité si le Hamas l'avait alors également accepté", a-t-il déclaré lundi soir.

"Le Hamas a informé il y a quelques minutes Le Caire de son approbation de la trêve de 72 heures pour demain", a pour sa part déclaré le porte-parole du mouvement islamiste, Sami Abou Zouhri. L'information a été confirmée par le chef de la délégation palestinienne au Caire, Azzam al-Ahmad. Israël avait de son côté refusé d'envoyer des représentants en Egypte.

Lundi, Israël avait unilatéralement décretée une trêve "humanitaire" de sept heures. Les raids de Tsahal ont repris vers 17h00, heure locale.

Israël a déclenché le 8 juillet l'opération "Bordure protectrice" pour tenter de faire cesser les tirs de roquettes et détruire les tunnels permettant au mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, d'intervenir sur le sol israélien.

Le bilan provisoire de cette opération est de 1.822 morts palestiniens en quatre semaines de conflit. Soixante-quatre soldats et trois civils ont été tués côté israélien.

Obama approuve de nouveaux financements pour l'Iron Dome en Israël

Le président des Etats-Unis Barack Obama a signé lundi un texte prévoyant une aide de 225 millions de dollars pour le système de défense antimissile Iron Dome, utilisé par Israël pour intercepter les roquettes tirées à partir de la bande de Gaza.

Le document avait été adopté vendredi par le Congrès à une écrasante majorité.

Depuis 2011, date de sa mise en service, les Etats-Unis ont dépensé au total 700 millions de dollars pour soutenir le développement du "Dôme de fer", qui a permis d'intercepter des dizaines de roquettes tirées de Gaza depuis le début de l'opération "Bordure protectrice".

Le département d'Etat a souligné lundi que les Etats-Unis pouvaient se montrer fermes avec Israël sur la question des victimes palestiniennes civiles à Gaza tout en poursuivant leurs relations stratégiques avec leur allié notamment en matière d'équipements de défense.

Dimanche, Washington s'était dit "consterné" par le bombardement d'une école de l'ONU dans l'enclave palestinienne, dans un communiqué inhabituellement dur à l'adresse d'Israël, même si l'Etat hébreu n'était pas explicitement incriminé.

"Je crois qu'il n'y a pas d'autre pays au monde que les Etats-Unis qui soutienne plus la sécurité d'Israël", a rappelé Mme Psaki, porte-parole du département d'Etat, en plein coup de froid dans les relations entre les deux alliés. "J'en veux pour preuve le montant des financements accordé au système Iron Dome (...) Cela n'a pas changé", a-t-elle encore assuré.

Au total, les Etats-Unis ont prévu de consacrer 30 milliards de dollars à l'aide militaire à Israël entre 2009 et 2018.

Lundi 17h35: Israël reprend ses raids après la trêve

L'armée israélienne a annoncé lundi reprendre ses raids sur la bande de Gaza où plus de 1.850 Palestiniens ont été tués en 28 jours d'offensive, après sept heures d'une trêve décrétée unilatéralement par Israël.

"Nous reprenons nos opérations, dont les raids aériens sur les infrastructures terroristes à Gaza (...) nous poursuivons le redéploiement dans la bande de Gaza, même s'il y a bien des forces qui sortent de Gaza", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'armée Peter Lerner.

Alors que l'État hébreu observait encore cette trêve décrétée à partir de 10H00 locales (07H00 GMT), le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré que l'offensive sur la bande de Gaza se poursuivrait jusqu'au "rétablissement de la sécurité" pour les Israéliens, faisant fi des appels internationaux au cessez-le-feu.

"La campagne à Gaza se poursuit (... elle) ne prendra fin que quand les citoyens d'Israël auront recouvré le calme et la sécurité de manière prolongée", a affirmé selon un communiqué M. Netanyahu, au lendemain d'une volée internationale de critiques suscitées notamment par une nouvelle frappe sur une école de l'ONU à Gaza.

Israël a déclenché le 8 juillet l'opération "Bordure protectrice" pour tenter de faire cesser les tirs de roquettes et détruire les tunnels permettant au mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, d'intervenir sur le sol israélien.

Samedi, l'armée israélienne avait entrepris de retirer un certain nombre de soldats de l'enclave côtière, sans préciser combien, tandis qu'elle en redéployait d'autres à l'intérieur de la bande de Gaza.

Quelque 1,8 million de Palestiniens vivent dans la bande de Gaza, sous blocus israélien depuis 2006.

Israël aurait tué des civils en fuite

Par ailleurs, Human Rights Watch a accusé lundi l'armée israélienne d'avoir tué des civils alors qu'ils fuyaient les bombardements dans un secteur du sud de la bande de Gaza, ce qui constituerait un crime de guerre selon l'ONG basée à New York.

Dans son rapport, HRW cite des Palestiniens ayant réussi à fuir fin juillet des bombardements sur la localité de Khouzaa, près de la ville de Khan Younès. "Les forces israéliennes à Khouzaa, secteur du sud de la bande de Gaza, ont ouvert le feu sur des civils et les ont tués, dans ce qui constitue une claire violation des lois de la guerre, lors de plusieurs incidents entre le 23 et le 25 juillet", affirme l'ONG.

Les "attaques délibérées sur les civils ne participant pas aux combats sont des crimes de guerre", ajoute HRW.

Les civils ont fait face à de "graves dangers" à Khouzaa, où ils ont notamment subi des bombardements répétés, n'ont pas eu accès aux soins médicaux, et ont été la cible d'attaques de l'armée israélienne alors qu'ils tentaient de fuir vers Khan Younès, poursuit le rapport.

Il souligne que si l'armée israélienne avait prévenu les habitants, les appelant à quitter Khouzaa avant le 21 juillet, "le fait que des civils n'aient pas obtempéré ne fait pas d'eux des cibles légitimes d'attaques".

Le fait d'avoir "prévenu les familles (...) ne fait pas d'elles des cibles justes seulement parce qu'elles n'ont pas pu le faire", souligne Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à HRW. "Prendre (les civils) délibérément pour cible est un crime de guerre".

En savoir plus sur:

Nos partenaires