Toulouse : le tueur présumé parle d'une reddition "en fin de soirée"

21/03/12 à 06:03 - Mise à jour à 06:03

Source: Le Vif

Les équipes d'intervention sont positionnées autour d'un logement dans un quartier de Toulouse. Le suspect numéro des tueries de Toulouse et Montauban, un jeune djihadiste français nommé Mohamed, est retranché dans son appartement. Deux policiers sont blessés. Il a parlé d'une reddition mercredi "en fin de soirée" et a revendiqué les trois attaques dans lesquelles il dit avoir agi "seul", a déclaré le procureur de Paris François Molins.

Toulouse : le tueur présumé parle d'une reddition "en fin de soirée"

© Image Globe

"Il n'exprime aucun regret", sinon de "ne pas avoir fait plus de victimes", et se glorifie d'avoir "mis la France à genoux", a ajouté le procureur lors d'une conférence de presse.

Selon les mêmes sources, un homme de 24 ans se revendiquant d'Al-Qaïda était retranché dans un pavillon. Deux policiers ont été légèrement blessés dans l'opération. L'auteur présumé des tueries de Toulouse et Montauban était suivi depuis des années par les services français du contre-terrorisme, a dit mercredi le ministre français de l'Intérieur Claude Guéant.

Vers 05H45, des coups de feu pouvaient être entendus autour du pavillon du quartier de la Côte pavée où ce Toulousain d'origine maghrébine de 24 ans, qui semble avoir participé au jihad (Guerre Sainte) dans les zones troublées de la frontière pakistano-afghane, s'est retranché au premier étage. Selon cette source il s'était rendu dans la région frontalière entre le Pakistan et l'Afghanistan.

Le suspect "était dans le collimateur de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), comme d'autres, depuis les deux
premiers attentats (ndlr:contre des militaires les 11 et 15 mars). La
police judiciaire a alors apporté un élément très précieux qui a boosté l'enquête", a indiqué une source proche de l'enquête.

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, arrivé à Toulouse après la tuerie dans une école juive lundi, s'est rendu sur place. Des policiers portant des casques et des gilets pare-balles sombres ont bouclé ce quartier très résidentiel de Toulouse, pas très éloigné de l'école où trois enfants juifs et un rabbin ont été tués lundi, a constaté un journaliste sur place.

Le frère du suspect a été interpellé, a-t-il par ailleurs indiqué. Sa mère est présente sur les lieux de l'opération, a-t-on précisé de source policière et "n'a pas souhaité prendre contact avec lui".

Identification décisive de l'adresse internet du frère du suspect

L'enquête ayant permis de remonter au principal suspect des tueries dans le sud-ouest de la France, a connu un coup d'accélérateur quand les policiers ont identifié l'adresse IP de son frère, a-t-on indiqué de sources proches de l'enquête.

Parmi les pistes examinées figurait celle d'un rendez-vous donné à la première victime du tueur en réponse à une petite annonce diffusée sur l'internet pour la vente d'une moto. Habillé en civil, le parachutiste Imad Ibn Ziaten, 30 ans, avait été tué d'une balle dans la tête le 11 mars à Toulouse.

Par ailleurs, quand ils ont su que le tueur se déplaçait sur un puissant scooter TMax 530, les enquêteurs se sont rendus dans une concession Yamaha de la région. Il leur aurait alors été indiqué que quelques jours plus tôt, "quelqu'un était venu les voir pour demander comment défaire le traqueur", une puce permettant de géolocaliser l'engin en cas de vol, a indiqué une de ces sources.

LeVif.be, avec Belga.

En savoir plus sur:

Nos partenaires