Texas : sursis pour une exécution capitale controversée

16/09/11 à 10:38 - Mise à jour à 10:38

Source: Le Vif

L'exécution par injection létale de Duane Buck, 48 ans, était programmée jeudi au Texas. La Cour suprême des Etats-Unis a accordé un sursis au condamné dont le procès avait été entaché de considérations raciales.

Texas : sursis pour une exécution capitale controversée

© Image Globe

La Cour suprême des Etats-Unis a accordé un sursis de dernière minute à un condamné à mort qui devait être exécuté jeudi soir au Texas, et dont le procès avait été, selon la défense, entaché de considérations raciales. Lors des audiences sur la détermination de sa peine, un témoin expert avait déclaré aux jurés que les criminels noirs étaient plus susceptibles que les autres de présenter un danger de récidive.

L'exécution par injection létale de Duane Buck, 48 ans, était programmée jeudi soir à la prison de Huntsville, au Texas. Il a été condamné à mort pour le meurtre en 1995 de son ex-petite amie et d'un ami de celle-ci.

La Cour suprême ou le gouverneur texan Rick Perry, favori dans la course à l'investiture républicaine pour la présidentielle 2012, avait jusqu'à minuit heure locale pour accorder un sursis, ont indiqué les autorités pénitentiaires texanes.

Dans la matinée de jeudi, l'avocate du condamné, Kate Black, avait introduit une requête devant la Cour suprême pour que celle-ci suspende l'exécution.

"Personne ne doit être mis à mort sur la base de sa couleur de peau", a déclaré Me Black dans un communiqué. "Nous sommes persuadés que la Cour sera d'accord pour dire que notre client a le droit à une audience juste qui ne soit pas entachée de considérations raciales". Elle avait également réitéré mercredi au gouverneur texan sa demande de surseoir à l'exécution pendant 30 jours.

Un des procureurs qui avaient obtenu la condamnation de Duane Buck en 1997, Linda Geffin, avait de son côté demandé lundi un sursis temporaire au gouverneur Perry. L'ancien ministre de la Justice du Texas, le sénateur John Cornyn, avait également admis précédemment "l'introduction déplacée de (questions) raciales lors de l'audience de condamnation de M. Buck".

Le Vif.be, avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires