Tchad : vivre, malgré les terroristes de Boko Haram

10/01/17 à 13:00 - Mise à jour à 13:15

Source: Le Vif/l'express

Ils tuent, pillent, violent, massacrent. Comme Daech. Les terroristes de Boko Haram ont ébranlé la vie des habitants du lac Tchad, en Afrique centrale. Une région désormais complètement dépendante de l'aide humanitaire, encore insuffisante, mais déjà salvatrice.

Certains soirs, le bleu azur vire au mauve rosé. D'autres, l'atmosphère s'enrobe de jaune paille ou d'orange fiévreux. Quelle que soit la teinte, le soleil ne s'éteint jamais discrètement sur les rives du lac Tchad. Cette fin d'après-midi-là ne faisait sans doute pas exception. Quelque part en 2015, sur l'une des centaines d'îles qui parsèment l'immense bassin. Adam Djibrilla et Adam Mura Maye, 15 et 17 ans, ont oublié comment les terroristes ont déboulé. En pirogue ? A pied ? Ils se souviennent, en revanche, parfaitement de leur arrivée. Un homme, au hasard. Sa tête coupée, au bord de l'eau, devant le village entier. Puis cette menace, armée : " Tout le monde vient avec nous. Ceux qui tentent de fuir, on les tue. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires