Syrie: Véronique De Keyser rencontre Bachar Al-Assad

20/09/13 à 18:54 - Mise à jour à 18:54

Source: Le Vif

Vice-présidente du groupe socialiste au Parlement européen, l'europarlementaire Véronique De Keyser revient d'une mission au Liban et en Syrie. "C'était à titre personnel et dans un objectif humanitaire", explique-t-elle au Vif/L'Express.

Syrie: Véronique De Keyser rencontre Bachar Al-Assad

© IMAGEGLOBE

De retour du Liban et de Syrie, l'europarlementaire Véronique De Keyser (PS) a pu s'entretenir à Damas, pendant une heure, avec le président syrien Bachar Al-Assad, sans autre témoin que le vice-ministre syrien des Affaires étrangères. "Ma visite étant effectuée à titre personnel et pour des raisons humanitaires, j'avais demandé, pour éviter toute instrumentalisation, qu'il n'y ait pas de show médiatique autour de ma visite, et ils ont accepté".

Que lui a déclaré Bachar ? Deux choses principalement. Un : il ne tient pas à rester au pouvoir mais il n'envisage pas de "quitter maintenant le navire" car, selon lui, "ce qui est en jeu, c'est une Syrie laïque et tolérante à l'égard des minorités, ainsi que l'unité du pays". Or la montée des groupes radicaux islamiques ne laisse d'autre choix au régime que de "s'en débarrasser".

Deux : il affirme avoir voulu des réformes, et en a même entrepris, mais, selon lui, les demandes pacifiques des manifestants se sont "très rapidement" transformées en opposition violente. "Je veux continuer à travailler avec l'opposition, mais seulement celle qui oeuvre pour une Syrie démocratique", lui a-t-il soutenu. Opposition interne s'entend, car il ne fait pas grand cas des opposants de l'extérieur qu'il soupçonne d'être financés pour la plupart.

A propos des couloirs humanitaires, Bachar Al-Assad a déclaré à l'eurodéputée que "chaque Syrien a le droit de recevoir de l'aide", mais qu'il est parfois très difficile de la faire parvenir à cause de la multiplicité des factions, certaines acceptant le passage des vivres, d'autres pas. A Damas, le nombre d'ONG agréées est passé de 4 à 19, ce qui fait dire à l'eurodéputée (qui a passé une demi-journée avec les agences de l'ONU sur place) que "le mur s'effrite entre elles et le régime".

Véronique De Keyser a également évoqué le sort des opposants disparus, notamment Abdel-Aziz Al Khayyer, dont on n'a plus signe de vie depuis le 20 septembre 2012 alors qu'il revenait de Chine et se rendait de l'aéroport de Damas vers la capitale. Bachar Al-Assad prétend qu'il aurait été enlevé par des rebelles. Quant au père Paolo dall'Oglio, disparu depuis le 29 juillet 2013, le président n'a pu donner aucune information "car cela s'est passé de l'autre côté".

"J'ai subi d'énormes pressions pour me dissuader d'aller à Damas, témoigne Véronique De Keyser. Mais quand on voit l'ampleur de la catastrophe, la montée des groupes djihadistes et terroristes, confirmée par les représentants sur place de l'ONU, cela m'a semblé indispensable de me rendre sur place. Certains de mes collègues se sont d'ailleurs montrés solidaires avec ma démarche. C'est maintenant qu'il faut enclencher un dialogue pour préparer une négociation politique, car le désespoir des Syriens de l'intérieur, qui se sentent abandonnés par l'Europe et qui voient leur pays se transformer, est immense. Bien sûr les gens seront comptables de leurs actes, mais ça, ce n'est pas de mon ressort."

En savoir plus sur:

Nos partenaires