Syrie: une élection présidentielle qui exclut l'opposition

14/03/14 à 07:27 - Mise à jour à 07:27

Source: Le Vif

Le parlement syrien a approuvé jeudi les clauses portant sur la présidentielle dans le cadre d'une nouvelle loi électorale, selon l'agence officielle Sana, à moins de quatre mois du scrutin dans le pays en guerre depuis trois ans.

Syrie: une élection présidentielle qui exclut l'opposition

© Reuters

Tel qu'approuvées, les clauses empêchent de facto les figures de l'opposition en exil de se présenter face au président Bachar al-Assad, car elles stipulent que le futur président doit avoir vécu en Syrie pendant les 10 dernières années de manière continue. Le départ de M. Assad est la principale revendication de l'opposition qui lutte pour le renverser depuis trois ans. Le président syrien, qui n'a pas encore annoncé officiellement sa candidature, avait affirmé en janvier dans une interview exclusive à l'AFP qu'il y avait "de fortes chances" qu'il se représente.

En théorie, la loi donne pour la première fois depuis des décennies la possibilité à plusieurs candidats de se présenter, conformément à une nouvelle Constitution approuvée en 2012, en pleine guerre. Celle-ci, passée lors d'un référendum qualifié de "plaisanterie" par l'opposition, a instauré le "pluralisme politique" en abolissant la suprématie du parti Baas au pouvoir depuis un demi-siècle. Les électeurs doivent être convoqués entre 60 et 90 jours avant la fin du mandat de M. Assad le 17 juillet.

"Le candidat doit avoir plus de 40 ans, doit être Syrien, de parents syriens (...), ne doit pas avoir été condamné pour un crime (...), ne doit pas être marié à une non-Syrienne", selon l'une des clauses. Il "doit avoir vécu dans la République arabe syrienne pendant une période de 10 ans de manière continue au moment de présenter sa candidature et ne doit pas avoir une nationalité autre que syrienne", d'après le texte. Le président Assad, 48 ans, est marié à Asma, une Britannique d'origine syrienne. Ses troupes mènent depuis trois ans une guerre sans pitié aux rebelles qui tentent de renverser son régime.

Nos partenaires