Syrie: un attentat et des bombardements font au moins 26 morts

25/04/16 à 20:30 - Mise à jour à 20:54

Source: Afp

Deux événements meurtriers ont eu lieu en Syrie ce lundi: un attentat à la voiture piégée près d'un mausolée au sud de Damas d'une part, des bombardements rebelles à Alep d'autre part. La guerre en Syrie a fait plus de 270.000 morts depuis 2011.

Syrie: un attentat et des bombardements font au moins 26 morts

Près de la célèbre mausolée chiite de Sayeda Zeinab, au sud de Damas. © AFP

Au moins sept personnes ont été tuées et une vingtaine blessées lundi dans un attentat à la voiture piégée près du célèbre mausolée chiite de Sayeda Zeinab, au sud de Damas, a rapporté l'agence officielle Sana.

Le groupe extrémiste Etat islamique (EI) a revendiqué l'attentat à Al-Diyabiyé, une localité située à l'entrée du lieu vénéré par les musulmans chiites du monde entier car il abrite la tombe de la petite-fille du prophète Mahomet.

Au moins sept personnes ont été tuées et 20 blessées, a indiqué Sana.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a lui fait état d'au moins huit morts près du sanctuaire, déjà visé le 21 février par un double attentat suicide revendiqué par l'EI, qui avait fait 134 morts, l'attaque jihadiste la plus meurtrière en cinq ans de guerre en Syrie.

Les ambulances toutes sirènes hurlantes se sont dirigées vers le lieu de l'attaque, à proximité d'un point de contrôle, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Un des gardes syriens, posté au barrage routier, a indiqué à l'AFP que le détecteur de bombes avait commencé à sonner au passage du pick-up suspect.

"Nous avons arrêté le véhicule et commencé à le fouiller quand ils l'ont fait sauter. Mes collègues ont été tués"a-t-il dit.

Les vitres d'un petit hôtel proche du lieu de l'explosion ont volé en éclats. L'établissement est habité majoritairement par des déplacés chiites syriens de Foua et Kafraya, des localités prorégime assiégées par des rebelles islamistes dans la province d'Idleb (nord-ouest).

Une vieille femme qui a fui Kafraya a indiqué à l'AFP que sa jeune fille traumatisée par les tirs de roquettes avait cru qu'un mortier était tombé sur l'hôtel.

La région est très sécurisée avec des points de contrôle du régime pour empêcher les véhicules de s'approcher après que le site a été la cible de plusieurs attaques de groupes jihadistes sunnites, dont celui de l'EI, qui considèrent les chiites comme des hérétiques.

Le complexe est défendu par des miliciens chiites, notamment libanais et irakiens, aux côtés de l'armée.

Le mausolée serait le lieu où Sayeda Zeinab vécut après avoir été capturée par les armées de Yazid, le calife omeyyade, à la suite de la mise à mort de ses frères Hussein et Hassan à Kerbala (Irak). Les chiites considèrent cet évènement comme le plus tragique de leur histoire.

Plus de 270.000 personnes sont mortes depuis le début de la guerre en Syrie en 2011.

Au moins 19 morts et 120 blessés dans des bombardements rebelles à Alep

Au moins 19 civils ont été tués et 120 autres blessés lundi dans des bombardements rebelles contre des quartiers tenus par le régime à Alep, dans le nord de la Syrie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Des obus tirés au cours de la journée de lundi par les groupes rebelles sur plusieurs quartiers sous contrôle du régime ont fait 19 morts, dont trois enfants, et 120 blessés", a affirmé Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

L'agence officielle Sana a fait état de 16 morts et de 86 blessés dans "des tirs des groupes terroristes du Front Al-Nosra (branche syrienne d'al-Qaïda) et de ses alliés" contre au moins cinq quartiers résidentiels.

Par ailleurs, selon l'OSDH, 4 personnes, dont un enfant, ont péri dans des tirs du régime contre les quartiers rebelles, dans l'est d'Alep.

Cette journée a été particulièrement meurtrière avec 23 morts. Au total, depuis vendredi, 86 civils ont perdu la vie dans cette ville coupée en deux depuis juillet 2012 et où les artilleurs des deux bords ainsi que l'aviation du régime tirent sur les habitants.

En outre, des combats sporadiques ont opposé les troupes du régime aux forces rebelles et islamistes dans plusieurs quartiers de la ville.

Dans l'est, les bombardements ont lieu alors que ces quartiers rebelles sont privés d'eau et d'électricité. Dans les quartiers tenus par les insurgés les écoles sont fermées par mesure de sécurité.

Les bombardements ont mis en lambeaux le cessez le feu établi le 27 février par la Russie et les États-Unis.

En savoir plus sur:

Nos partenaires