Syrie : Sarkozy appelle Assad à "quitter le pouvoir"

03/01/12 à 13:44 - Mise à jour à 13:44

Source: Le Vif

Le président français dénonce les "massacres" menés par le régime de Bachar al-Assad et invite le président syrien à "laisser son peuple décider librement de son destin".

Syrie : Sarkozy appelle Assad à "quitter le pouvoir"

© Reuters

Nicolas Sarkozy a estimé ce mardi que le président syrien Bachar al-Assad devait "quitter le pouvoir" et "laisser son peuple décider librement de son destin". Selon lui, ses "massacres" suscitent "à juste tire l'écoeurement et la révolte". Selon l'ONU, la répression du mouvement de contestation aurait fait 5000 morts en Syrie depuis dix mois.

La communauté internationale "doit prendre ses responsabilités (...) en dénonçant une répression cruelle" et doit "s'assurer que les observateurs de la Ligue arabe ont tous les moyens et toute la liberté de faire correctement leur travail", a estimé Nicolas Sarkozy en présentant ses voeux aux armées à l'école navale de Lanvéoc-Poulmic. Et alors que la mission de la Ligue arabe est très critiquée. Plus tôt ce mardi, Alain Juppé a également évoqué le dossier syrien. Les conditions de la mission des observateurs arabes en Syrie doit être "clarifiée", a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères, et "je suis dubitatif" sur son déroulement, a ajouté le ministre à la chaîne I-Télé. "Est-ce qu'ils peuvent vraiment avoir accès à l'information en toute liberté? Nous attendons le rapport qu'ils feront dans les prochains jours. (...) Il faut vraiment que la vérité soit établie et que le régime n'arrive pas à intoxiquer finalement les observateurs qui sont sur le terrain", a-t-il souligné.

Le chef de la diplomatie française a aussi réaffirmé que "le Conseil de sécurité ne (pouvait) pas rester silencieux" sur la Syrie. "On voit bien qu'il y a une répression absolument sauvage, que ce régime n'a plus réellement d'avenir et donc il appartient à la communauté internationale de se prononcer", a-t-il plaidé.Il a regretté que "la Russie continue à bloquer" une condamnation du régime syrien par l'ONU. "Il y a bien un moment où le régime sera totalement isolé".

Le Vif.be, avec L'Express.fr

Nos partenaires