Syrie : Obama, Cameron et Hollande d'accord pour examiner la proposition russe

10/09/13 à 18:30 - Mise à jour à 18:30

Source: Le Vif

Le président des Etats-Unis Barack Obama, son homologue français François Hollande et le Premier ministre britannique David Cameron sont tombés d'accord pour examiner à l'ONU la proposition russe sur les armes chimiques syriennes, a annoncé mardi un responsable de la Maison Blanche.

Syrie : Obama, Cameron et Hollande d'accord pour examiner la proposition russe

© Reuters

Selon ce responsable s'exprimant sous couvert d'anonymat, M. Obama s'est entretenu séparément mardi au téléphone avec MM. Hollande et Cameron, et ils ont décidé "en consultation avec la Russie et la Chine, d'examiner sérieusement la viabilité de la proposition russe de placer toutes les armes chimiques syriennes (...) totalement sous contrôle international pour assurer leur destruction, de façon vérifiable".

"Ces efforts commenceront aujourd'hui aux Nations unies, et comprendront une discussion sur les éléments d'une possible résolution du Conseil de sécurité", selon la même source.

La Russie a annoncé lundi avoir proposé à ses alliés syriens de placer leur stock d'armes chimiques sous contrôle international et de le détruire, une proposition acceptée mardi par Damas.

Des "discussions informelles" sur un projet de résolution français ont réuni mardi matin des diplomates de France, des Etats-Unis et du Royaume-uni, selon des diplomates qui ont précisé qu'elles pourraient durer "plusieurs jours".

Les USA doivent renoncer au recours à la force

Le président russe Vladimir Poutine a estimé mardi que les Etats-Unis devaient renoncer au recours à la force en Syrie pour rendre efficace l'initiative russe de placer sous contrôle international les armes chimiques dans ce pays.

"Tout cela a un sens et pourra fonctionner si la partie américaine et tous ceux qui la soutiennent renoncent au recours à la force", a déclaré le président selon la télévision russe. "Il est difficile de contraindre la Syrie ou un autre pays à se désarmer de façon unilatérale s'il y a une action militaire en préparation contre ce pays", a-t-il ajouté.

"Il est de notoriété publique que la Syrie dispose d'un arsenal d'armes chimiques et les Syriens l'ont toujours considéré comme une alternative aux armes nucléaires d'Israël", a déclaré le président russe.

"La position de la Russie sur cette question est bien connue: nous sommes contre la prolifération d'armes de destruction massive, chimique ou nucléaire", a-t-il ajouté.

La Russie a provoqué un coup de théâtre lundi en annonçant avoir proposé à ses alliés syriens de placer leur stock d'armes chimiques sous contrôle international et de le détruire, une proposition acceptée par Damas mardi.

Les Occidentaux accusent le régime syrien d'avoir mené une attaque à l'arme chimique le 21 août près de Damas, qui a fait plusieurs centaines de morts.

La Russie juge "inacceptable" le projet français de résolution à l'ONU

La Russie juge "inacceptable" le projet français de résolution à l'ONU sur les armes chimiques en Syrie, a déclaré mardi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'un entretien téléphonique avec son homologue français Laurent Fabius.

"M. Lavrov a souligné que la proposition de la France d'approuver une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU (...) en conférant aux autorités syriennes la responsabilité pour une possible utilisation d'armes chimiques était inacceptable", a indiqué le ministère russe dans un communiqué.

La Russie insiste dans un projet qu'elle soumet à l'ONU qu'"il n'y a pas d'alternative à un règlement politico-diplomatique" en Syrie, a également souligné le ministre russe.

Le projet de résolution français est "sous chapitre 7", c'est-à-dire qu'il autorise en dernier recours l'usage de la force pour contraindre Damas à respecter les obligations mentionnées dans le texte.

La France a commencé mardi à consulter ses partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU à propos d'un projet français de résolution sur les armes chimiques en Syrie.

Le Conseil de sécurité a prévu de se réunir en consultations ce mardi soir à 20h00 GMT à New York (22h00, heure de Bruxelles), selon la présidence australienne du Conseil.

Les Occidentaux accusent le régime syrien d'avoir mené une attaque à l'arme chimique le 21 août près de Damas, qui a fait plusieurs centaines de morts.

La Russie a provoqué un coup de théâtre lundi en annonçant avoir proposé à ses alliés syriens de placer leur stock d'armes chimiques sous contrôle international et de le détruire, une proposition acceptée par Damas mardi.

L'accueil favorable réservé par Washington à cette initiative semble éloigner la perspective de frappes contre le régime syrien accusé d'une attaque chimique.

En savoir plus sur:

Nos partenaires