Syrie: le régime syrien perd le contrôle du pays, selon Moscou

13/12/12 à 13:43 - Mise à jour à 13:43

Source: Le Vif

Un attentat à la voiture piégée a tué seize civils, et fait 23 blessés, ce jeudi, dans un quartier où vivent des militaires et leurs familles. Serait-ce le début d'un changement de ton de Moscou sur la Syrie? Un vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, a reconnu ce jeudi que le régime syrien perd "de plus en plus" le contrôle du pays et qu'une victoire de l'opposition dans ce conflit n'est pas à exclure.

Syrie: le régime syrien perd le contrôle du pays, selon Moscou

© AFP

"Il faut regarder les choses en face. Le régime et le gouvernement syriens perdent de plus en plus le contrôle du pays", a déclaré le vice-ministre, cité par l'agence Itar-Tass. En conséquence "une victoire de l'opposition n'est évidemment pas à exclure", a-t-il ajouté.

C'est la première fois qu'un haut responsable russe reconnaît de manière aussi explicite une possible victoire des opposants au régime de Bachar al-Assad, dont Moscou est l'un des derniers soutiens. "Néanmoins, Moscou va insister pour faire appliquer le communiqué de Genève et chercher une solution pacifique au conflit", a souligné M. Bogdanov. La Russie a bloqué jusqu'ici tous les projets de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies condamnant le régime du président Assad.

Nouvel attentat meurtrier à Damas Seize personnes, "en majorité des femmes et des enfants", ont été tuées jeudi matin par l'explosion d'une voiture piégée à Qatana, une banlieue au sud-ouest de Damas, en Syrie, a rapporté l'agence officielle syrienne Sana. Outre les 16 morts, dont sept enfants et plusieurs femmes, 23 personnes ont été blessées, dont plusieurs grièvement, a précisé l'agence selon qui "des terroristes ont fait exploser une voiture piégée remplie d'une importante quantité d'explosifs". Le régime de Damas assimile les rebelles à des "terroristes" armés et financés par l'étranger. Cette localité pauvre, à majorité sunnite, mais comptant aussi une communauté chrétienne, est tenue par l'armée. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), l'attaque a visé des résidences où vivent des militaires et leurs familles.

Vague d'attentats

Mercredi, une vague d'attentats a secoué Damas et sa périphérie, faisant 13 morts. Trois attaques, dont l'une à la voiture piégée, ont visé le ministère de l'Intérieur, faisant neuf morts, selon l'OSDH, dont le député Abdallah Qirouz, membre du Parti national social syrien, pro-régime, et huit militaires. Le ministre a été blessé selon une source au sein des services de sécurité. L'explosion d'une bombe dans un minibus a fait trois morts --un journaliste travaillant pour les médias officiels, une femme et un enfant, selon l'OSDH-- dans le secteur 86 du quartier de Mazzé, habité par des alaouites, la minorité du président Bachar al-Assad, selon l'OSDH.

Une personne a été tuée par deux bombes à Jaramana, une localité pro-régime où vivent en majorité des Druzes et des chrétiens au sud-est de Damas. Deux autres bombes ont explosé derrière l'ancien palais de Justice dans le centre de Damas, faisant un blessé.
Et, dans le nord-ouest de Damas, une explosion a secoué le quartier de Doumar al-Gharbi, suivie de tirs nourris, sans faire de victimes. Dans la nuit de nouvelles attaques ont eu lieu à Damas et dans sa périphérie, sans faire de victimes.

LeVif.be avec L'Express

En savoir plus sur:

Nos partenaires