Syrie : "La Russie et la Chine n'ont aucun intérêt à revenir sur leur veto"

06/02/12 à 11:49 - Mise à jour à 11:49

Source: Le Vif

La Russie et la Chine ont opposé leur veto samedi au Conseil de sécurité de l'ONU à un projet de résolution condamnant la répression sanglante en Syrie. Malgré dix mois de violences, qui ont fait au moins 6.000 morts selon les militants, le Conseil de sécurité a été incapable, jusqu'ici, d'adopter un plan de résolution. Un précédent texte avait déjà été bloqué en octobre dernier par un veto russe et chinois. Analyse avec Xavier Follebouckt, chercheur à l'UCL et spécialiste de la Russie.

Syrie : "La Russie et la Chine n'ont aucun intérêt à revenir sur leur veto"

© Image Globe

Pourquoi la Russie maintient-elle son veto contre une intervention de l'ONU en Syrie ?

De manière générale, la Russie s'oppose toujours à un changement de régime dans un pays, ainsi qu'à la souveraineté d'un État sur un autre. Elle s'oppose d'ailleurs à la démission du président Bachar al-Assad depuis le début des contestations en Syrie.

La Russie entretient également de bonnes relations avec la Syrie. Historiquement, elle était la principale alliée de l'Union soviétique dans cette région. D'un point de vue économique, la Russie vend de grandes quantités d'armes au régime de Bachar al-Assad et elle possède encore une base militaire navale dans le port de Tartous.

D'autre part, dans contexte intérieur mouvementé en Russie, où des manifestants (de la classe moyenne libérale) s'opposent au gouvernement, les autorités ont tout intérêt à se montrer fermes en politique étrangère, car la vaste majorité des Russes s'opposent non seulement à l'ONU, mais également à l'Occident. En opposant son veto, le gouvernement russe s'affirme et reste indépendant face à l'Occident, ce que les Russes respectent. Cela explique également pourquoi les Russes continuent de soutenir majoritaire Poutine, pour son opposition forte à l'Occident.

La position de la Russie est-elle tenable ? C'est très difficile à dire. Pour le moment, la Russie mise sur la faiblesse de l'opposition syrienne et espère que Bachar al-Assad va continuer à se maintenir, car s'il tombe les liens entre les deux pays vont disparaître. L'idéal pour la Russie serait que la situation se stabilise sans l'intervention de l'ONU et que Bachar al-Assad reste au pouvoir. Quoi qu'il advienne, le gouvernement russe ne changera pas d'avis facilement, car plus il s'oppose, plus il sera difficile pour lui de revenir en arrière, au risque d'être discrédité.

La position de la Chine pourrait-elle influencer celle de la Russie ? La Chine et la Russie s'opposent toujours à la moindre ingérence. Comme ces deux pays ne sont pas des plus démocratiques, la crainte que l'ONU puisse un jour se retourner contre eux est toujours sous-jacente dans leur prise de position. La Chine n'aime pas être la seule à opposer son veto et les deux pays sont satisfaits de la situation. Ils ont tout intérêt à se maintenir. Pour l'instant, c'est en Syrie que les choses peuvent évoluer. Tant que l'opposition syrienne reste faible sur le terrain, il y a peu de chance pour que la Chine et Russie changent leur position.

Le Vif.be, MG

En savoir plus sur:

Nos partenaires