Syrie : "changement pacifique" en vue ?

07/04/11 à 20:31 - Mise à jour à 20:31

Source: Le Vif

Selon Abdel Halim Khaddam, ancien vice-président de la Syrie, le régime du président syrien Bachar al-Assad va céder et le changement se fera "pacifiquement".

Syrie : "changement pacifique" en vue ?

© Reuters

Abdel Halim Khaddam, ancien vice-président de la Syrie, a assuré jeudi, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, que le régime du président Bachar al-Assad allait céder et que le changement se fera pacifiquement. D'après lui, les jeunes, qui sont à la tête des contestations, ne veulent pas l'intervention militaire d'un autre pays.

Qualifiant la situation de "très grave", Abdel Halim Khaddam a parlé d'"un régime basé sur des institutions sécuritaires et militaires" qui "a fait sienne la corruption" et s'est emparé des richesses nationales. Cette corruption a, selon lui, appauvri le peuple, ce qui a conduit ce dernier à se sentir opprimé et à se soulever. "Les jeunes sont l'avenir de la Syrie !", a-t-il déclaré.

L'ancien vice-président a assuré que le pouvoir d'al-Assad allait "céder". "Le changement se fera pacifiquement" car les jeunes "ne veulent pas l'intervention militaire d'un autre pays". Il a appelé à la mise en place d'un régime démocratique, avec des élections libres et a souhaité que les "corrompus soient jugés".

Abdel Halim Khaddam, l'une des principales figures de la "vieille garde" du parti Baas, au pouvoir en Syrie, avait démissionné en juin 2005 après avoir critiqué la politique étrangère suivie par Damas. Il s'était ensuite exilé à Paris. En 2006, il avait fondé le Front de salut national syrien (FSN), une coalition d'opposants en exil.

L'homme avait été condamné en 2008 par contumace par un tribunal militaire syrien pour avoir notamment "organisé un complot en vue de renverser le pouvoir politique". Concernant ces accusations, Abdel Halim Khaddam a déclaré ne pas être "opposé à la mise en place d'une commission d'enquête".

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires