Syrie: Brahimi déplore un bilan "ahurissant" et demande un "soutien" international

05/09/12 à 08:06 - Mise à jour à 08:06

Source: Le Vif

Le nouveau médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie Lakhdar Brahimi a déploré mardi un nombre de victimes "ahurissant", demandant un "soutien de la communauté internationale" à sa mission, qui vient de commencer.

Syrie: Brahimi déplore un bilan "ahurissant" et demande un "soutien" international

© AFP

"Le bilan des pertes humaines (en Syrie) est ahurissant, les destructions atteignent des proportions catastrophiques et la souffrance est immense", a-t-il déclaré devant l'Assemblée générale de l'ONU. "Le soutien de la communauté internationale est indispensable et très urgent", a-t-il ajouté, soulignant que la situation n'avait "cessé de se dégrader".

M. Brahimi a indiqué qu'il se rendrait "dans quelques jours" au Caire pour y rencontrer le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi.

Il a également l'intention d'effectuer sa première visite à Damas "dans quelques jours" et de visiter aussi "tous les pays qui sont à même d'aider à la réalisation d'un processus politique mené par les Syriens eux-mêmes" pour résoudre la crise. Le médiateur n'a pas donné de date précise pour ces différents voyages.

Selon le ministère syrien des Affaires étrangères, M. Brahimi sera "bientôt" à Damas, pour discuter du conflit qui a fait plus de 26.000 morts en près de 18 mois. "Nous allons l'écouter et il va lui aussi nous écouter", a déclaré dimanche le porte-parole du ministère Jihad Makdissi.

M. Brahimi a remplacé Kofi Annan, qui a démissionné le 2 août. M. Annan a expliqué l'échec de ses efforts pour un règlement du conflit en Syrie en invoquant notamment un manque de soutien des grandes puissances.

Les fournisseurs d'armes "aggravent les souffrances" de la population

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a critiqué les pays qui fournissent des armes aux belligérants en Syrie et lancé un appel à la solidarité internationale pour financer l'aide humanitaire dans ce pays et ses voisins. "Ceux qui fournissent des armes à l'un ou l'autre camps ne font qu'aggraver les souffrances" des Syriens, a-t-il déclaré devant l'Assemblée générale des Nations unies. "Les puissances régionales ont un rôle clé à jouer en créant les conditions" d'un règlement de la situation en Syrie et en empêchant "la poursuite de la militarisation du conflit", a-t-il ajouté.

La Russie et l'Iran en particulier fournissent des armes au régime de Bachar al-Assad, tandis que l'Arabie saoudite et le Qatar se sont dits prêts à en apporter à l'opposition syrienne. M. Ban a aussi lancé un appel à la solidarité internationale en faveur des réfugiés syriens. Les pays voisins "qui ont généreusement ouvert leurs frontières" pour accueillir des réfugiés "ont un besoin urgent d'aide", a-t-il affirmé. "La situation humanitaire est grave et se dégrade, à la fois en Syrie et dans les pays voisins affectés par la crise".

La Turquie notamment a souligné qu'elle ne pourrait pas accueillir plus de 100.000 réfugiés sur son territoire et demandé la création à l'intérieur de la Syrie de zones protégées pour retenir les candidats à l'exil.

Avec Belga.

En savoir plus sur:

Nos partenaires