Syrie : Bachar el-Assad va-t-il utiliser ses armes chimiques ?

17/07/12 à 16:03 - Mise à jour à 16:02

Source: Le Vif

Le plus haut diplomate syrien à avoir fait défection a assuré à la BBC que Bachar el-Assad n'hésitera pas à faire usage de son stock d'armes chimiques s'il se retrouve dos au mur. Le maître de Damas aurait également, selon lui, demandé de l'aide à Al-Qaïda.

Syrie : Bachar el-Assad va-t-il utiliser ses armes chimiques ?

© Reuters

Naouaf Fares, l'ancien ambassadeur syrien en Irak ayant fait défection, a mis en garde la communauté internationale: Bachar el-Assad pourrait utiliser des armes chimiques contre sa population. Comparant le dictateur syrien à un "loup blessé et pris au piège", le haut diplomate a assuré lors d'un entretien accordé à la BBC qu'il n'hésiterait pas à tourner ses armes chimiques contre la population. Il l'aurait peut-être même déjà fait... "Selon des informations qui n'ont pas pu être vérifiées, des armes chimiques auraient été utilisées à Homs", a en effet ajouté Naouaf Fares.
Ces accusations sont-elles sérieuses? La rumeur avait circulé après l'assaut de l'armée régulière sur Homs, en mars dernier, plusieurs témoins ayant affirmé avoir vu des explosions produisant de la fumée blanche. Si la prudence s'impose, cette fumée pourrait concorder avec l'utilisation d'armes à base de phosphore blanc.

D'autres témoins ont aussi fait état de problèmes respiratoires. "Tout est possible avec Bachar el-Assad", indique un fin connaisseur du régime syrien basé à Damas. Mais il est impossible de vérifier la véracité des propos tant que les sources de Naouaf Fares ne sont pas connues.

Coopération avec Al-Qaïda ?

L'ancien ambassadeur a également affirmé que des attentats étaient orchestrés à travers la Syrie par le régime en collaboration avec Al-Qaïda. Cette hypothèse a déjà été énoncée en décembre dernier, lorsque deux bâtiments des services de sécurité ont été frappés juste après l'arrivée d'une délégation de la Ligue arabe qui devait préparer le terrain à des observateurs.

Cette déclaration a surpris de nombreux experts. En effet, les militants d'Al-Qaïda sont sunnites, tandis que Bachar el-Assad est alaouite (branche schismatique du chiisme). "De nombreux exemples dans l'histoire montrent que des ennemis coopèrent quand leurs intérêts se rencontrent", a répondu Naouaf Fares, interrogé sur la nature surprenante de cette alliance supposée. Avant d'expliciter: "Al-Qaïda cherche des supports et de l'espace pour se développer. Le régime veut terroriser les Syriens".

Ces déclarations peuvent être prises au sérieux. En Irak, pays voisin, Saddam Hussein avait, en 1988, utilisé des armes chimiques contre la ville kurde de Halabja, tuant 5000 personnes. Cependant, elles exigent aussi de la prudence. La guerre en Irak, commencée en 2003 pour renverser le même Saddam Hussein, avait été justifiée par la détention d'armes de destruction massive par Bagdad. Une information mensongère.

Gokan Gunes, L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires