Sydney: la police annonce la "fin du siège", deux morts après l'assaut, dont le preneur d'otages

15/12/14 à 14:32 - Mise à jour à 19:54

Source: Belga

La police australienne a lancé dans la nuit de lundi à mardi l'assaut contre un café de Sydney dans lequel un homme armé et muni d'un drapeau islamique retenait en otages des employés et des clients. Selon la TV, deux personnes, dont le preneur d'otages, auraient perdu la vie lors de cette intervention de la police.

Sydney: la police annonce la "fin du siège", deux morts après l'assaut, dont le preneur d'otages

/ © AFP

"Le siège de Sydney est terminé", a annoncé peu avant 03H00 locales (16H00 GMT) la police de la province de Nouvelle-Galles du Sud, dont Sydney est la capitale. Une série de lourdes détonations a retenti peu avant 02H30 (15H30 GMT) au moment où des commandos de la police entraient par une porte latérale donnant accès au Lindt Chocolat Cafe. Des otages sortaient en courant du bâtiment tandis que d'autres étaient emmenés sur des brancards. Un robot de déminage a pénétré dans le café. La situation était très confuse après l'intervention de la police dans un déluge de feu d'origine indéterminée. Selon la TV, l'assaut aurait fait au moins deux morts, dont le preneur d'otages.

La prise d'otages de lundi au Lindt Café a frappé Sydney en plein coeur. La Martin Place, où se situe la filiale de l'établissement helvétique, n'est pas aussi symbolique que le célèbre opéra de la métropole australienne, mais elle constitue le centre du quartier des affaires. A proximité immédiate du café, on retrouve en effet non seulement des magasins de luxe, des centres commerciaux et les bureaux de nombreuses banques, mais aussi des bâtiments officiels, comme le siège de la Banque centrale australienne (RBA). Le bâtiment du gouvernement de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, le parlement régional et la Cour suprême de l'Etat se trouvent également à un jet de pierre. Chaque jour, des dizaines de milliers de personnes affluent en ville par la gare de Martin Place, désormais fermée.

L'alerte a été donnée à 9h45 du matin. Peu après, la police a bloqué les accès aux bâtiments situés aux alentours du Lindt Café, dont ceux de la rédaction et des studios de la chaîne de télévision privée Channel Seven, qui se trouvent directement en face de l'établissement. C'est cette chaîne qui a diffusé les images des otages, tenant à la fenêtre un drapeau noir avec des inscriptions blanches en arabe. Les cameramen ont pu prendre ces images avant d'être accompagnés par des policiers armés hors du bâtiment. Au total, des centaines, voire des milliers de personnes ont dû quitter leurs places de travail dans les édifices autour de la Martin Place. Certaines personnes ont été évacuées à l'aide d'échelles par les forces de l'ordre, qui ont bouclé le quartier dans un rayon de 200 mètres.

Désormais désoeuvrées, ces personnes se tenaient debout dans la rue, téléphonant à des amis ou des parents, selon les images diffusées par les chaînes de télévision. Le dispositif de sécurité était énorme, avec de nombreuses ambulances, véhicules de pompiers et voitures de police.

Plusieurs banques ont fermé leurs filiales au centre-ville, certains commerces ont fait de même. Le consulat américain, lui aussi sis sur la Martin Place, a réduit ses activités et conduit son personnel en sécurité. Selon des journalistes sur place, une atmosphère de ville fantôme régnait dans le quartier, un scénario inimaginable à dix jours de Noël. En temps normal, des foules considérables s'activent à acheter leurs cadeaux pour les Fêtes. Une grande nervosité était également perceptible ailleurs dans la ville. La police a indiqué avoir dû intervenir à plusieurs reprises après avoir reçu des informations concernant des objets "suspects". A chaque fois, il s'agissait de fausses alertes. C'est vraisemblablement à la suite d'une de ces alertes que l'opéra a été évacué dans la matinée. Généralement bondée de touristes, la place située devant cet édifice emblématique était inhabituellement vide lundi.

Autre site extrêmement touristique, le port de Darling Harbour semblait lui aussi abandonné, selon les images des télévisions. Au lieu des milliers de touristes habituels, seules quelques centaines de badauds se promenaient le long des quais. Sur la plage de Bondi Beach, qui est relativement loin de Martin Place, l'affluence était en revanche bonne, contrairement à l'ambiance. Le trafic était fortement perturbé, en particulier en fin de journée. Sur le pont du port (Harbour Bridge), axe important à huit voies reliant le centre-ville, le trafic était en partie dévié. Les autorités ont appelé la population à éviter le centre. Pour ne pas ajouter encore aux perturbations, l'opéra a annulé plusieurs représentations prévues en soirée.

En savoir plus sur:

Nos partenaires