Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, enlevés depuis un an en Afghanistan

29/12/10 à 07:38 - Mise à jour à 07:38

Source: Le Vif

Les deux journalistes français ont été enlevés il y a exactement un an en Afghanistan, avec leurs trois accompagnateurs afghans. Une vidéo obtenue en novembre par les autorités françaises a été diffusée à leurs proches, mardi.

Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, enlevés depuis un an en Afghanistan

© www.youtube.com

Les visages de Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, les deux journalistes français retenus en otages depuis un an exactement en Afghanistan, étaient projetés sur l'Arc de Triomphe à Paris mercredi matin. La projection a été lancée à 6h30 depuis la terrasse du bâtiment de Publicis situé en haut de l'avenue des Champs-Elysées. Au dessus des visages des deux journalistes, on pouvait lire "Libérez Stéphane et Hervé et leurs trois accompagnateurs".

"Il y a un an, ces deux reporters expérimentés et leurs trois accompagnateurs afghans étaient kidnappés par un groupe armé. Ils accomplissaient leur travail d'information. Aujourd'hui, l'inquiétude se mêle à la colère face à cette prise d'otage interminable", a souligné Reporters sans frontières (RSF), à l'origine de cette opération. "En projetant leurs visages sur l'Arc de Triomphe, nous souhaitons rappeler aux autorités françaises que les promesses d'une libération prochaine ne nous suffisent plus. Au président Nicolas Sarkozy de faire du sort des deux journalistes une priorité nationale", a ajouté RSF.

Les journalistes, qui étaient en reportage pour France 3, ont été enlevés avec leurs trois accompagnateurs afghans (Mohamed Reza, Ghulam et Satar) par des talibans présumés dans la province montagneuse de Kapisa (60 km de Kaboul) le 30 décembre 2009.

Mercredi, de très nombreuses manifestations, rassemblements et concerts de soutien et de solidarité sont organisés en France pour marquer les un an de leur captivité. Mardi, une vidéo des deux hommes, obtenue par le Quai d'Orsay et qui daterait de mi-novembre, a été diffusée à leurs proches.

"Ils sont en bonne santé. Un point c'est tout, on n'en sait pas plus. C'est très court comme message, a déclaré Gérard Taponier. Ils demandent qu'on les libère le plus rapidement possible, que le gouvernement (français) fasse le maximum". "Ils sont très amaigris, mais ils ont bon moral", a-t-il poursuivi. "Ils sont sereins. On est très émus... On aimerait que cela soit beaucoup plus long et, surtout, qu'ils soient libérés."

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires