Soupçonnée de fraude, Marine Le Pen invitée à s'expliquer par le président du Parlement européen

10/12/15 à 18:35 - Mise à jour à 18:37

Source: Belga

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a invité la présidente du Front national Marine Le Pen à s'expliquer sur des votes électroniques frauduleux effectués alors qu'elle n'était pas dans l'hémicycle en octobre, a-t-on appris jeudi de sources parlementaires.

Soupçonnée de fraude, Marine Le Pen invitée à s'expliquer par le président du Parlement européen

Marine Le Pen entre Florian Philippot et son compagnon Louis Aliot au Parlement européen de Strasbourg, en juin 215 © Reuters

"Martin Schulz a invité Mme Le Pen à un entretien, pour aider à clarifier l'affaire", a indiqué à l'AFP Armin Machmer, porte-parole du président du Parlement. "Il y a des contradictions et des divergences dans plusieurs témoignages", a-t-il expliqué.

Une enquête a été ouverte, qui pourrait déboucher le cas échéant sur des sanctions, après le signalement fin octobre d'irrégularités dans le vote électronique de l'élue frontiste. L'eurodéputé néerlandais Marcel De Graaff, co-président du groupe "Europe des Nations et des libertés" dirigé par Mme Le Pen, avait alors reconnu avoir voté durant quelques minutes le 28 octobre à la place de Mme Le Pen en utilisant sa carte de vote électronique, alors qu'elle s'était absentée pour se rendre à une réunion électorale en France.

Relire >>> Un eurodéputé vote à la place de Marine Le Pen au Parlement, une enquête ouverte pour violation du règlement

M. De Graaff, son voisin dans l'hémicycle à Strasbourg, a commis cette "maladresse" par "courtoisie" mais "sans mon autorisation", avait plaidé la présidente du Front national. "Je suis partie en laissant ma carte de vote, ce que font des dizaines de députés", s'était également justifiée Marine Le Pen.

Le règlement du Parlement européen interdit aux députés de voter en lieu et place d'un ou d'une collègue. Les votes, lorsqu'ils ne se déroulent pas à main levée, s'effectuent à l'aide d'une carte électronique nominative que chaque élu doit insérer dans un appareil placé devant lui. Le soupçon sur certains votes de Mme Le Pen avait émané en octobre d'une eurodéputée conservatrice suédoise.

Les responsables de ces irrégularités sont passibles de sanctions pouvant aller jusqu'au retrait d'un ou de plusieurs mandats exercés au Parlement, ou à une exclusion temporaire.

En savoir plus sur:

Nos partenaires